01 mai 2012

Dillinger est mort (Dillinger è morto) (1969) de Marco Ferreri

A la croisée des chemins entre un Godard des années soixante où la société de consommation étouffe l'homme (notre héros crée des masques à gaz et s'ennuie comme un rat mort chez lui, bien qu'ayant tout à portée de la main), un Buñuel des années 70 où il met en scène cette molle bourgeoisie en distillant des séquences hallucinées dont il a le secret, et un Haneke des années 90 où une mécanique silencieuse se met peu à peu en place (Dillinger è morto est en effet quasiment muet et laisse couver un drame), c'est ainsi qu'on pourrait... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2008

Le Mari de la Femme à Barbe (La Donna scimmia) de Marco Ferreri - 1963

Voilà un cinéaste qui manquait à notre colonne de gauche, scandaleusement il faut l'avouer, Ferreri ayant toujours déclenché chez moi des vagues d'hilarité gênées mais salutaires. Le Mari de la Femme à Barbe est dans la veine malpolie habituelle du compère : il paraît qu'il fit un scandale à Cannes, faut pas pousser, mais c'est vrai qu'il est assez malaisé, d'un mauvais goût total, et qu'il ne caresse aucun poil dans aucun sens. Le grand Tognazzi joue un minable type sans-le-sou qui tombe par hasard sur une "femme-singe"... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

  1