18 avril 2008

Et Vogue le Navire (E la Nave va) de Federico Fellini - 1984

Sans aucun doute un des plus grands Fellini : E la Nave va arrive à faire le lien entre les délires visuels du maestro, mais cette fois presque assagis, et ses oeuvres mélancoliques (I Vitelloni ou Ginger et Fred). Porté par une symbolique d'une belle intelligence, par un regard visionnaire et engagé, par un humour burlesque au taquet, et par une petit musique qui vous chavire le coeur, le film vous entraîne dans son sillage avec simplicité et douceur, loin des hystéries habituelles (que j'aime beaucoup par ailleurs), avec une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2008

Roma de Federico Fellini - 1972

Les mots manquent souvent pour évoquer la période baroque du gars Federico, et Roma est effectivement l'un de ces films purement cinématographiques, qui ne peuvent absolument pas se résumer par un autre biais que celui du cinéma. C'est une fulgurance totale, une sorte de film-somme, aussi ambitieux dans son écriture que dans sa forme. Comment décrire le foisonnement incroyable d'idées, le génie total de chaque cadre, le côté visionnaire en même temps que nostalgique de chaque image ? C'est tout simplement immense, tellement immense... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 août 2007

Il Bidone (1955) de Federico Fellini

Il y a quelque chose de triste et de pathétique dans Il Bidone - un peu comme dans Les Clowns d'ailleurs - comme si Fellini s'intéressait plus à la face sombre qu'à la face éclairée de ses personnages. Si ces "bidonneurs" se plaisent à monter des arnaques savamment scénarisées  pour tromper des campagnards bien crédules, c'est eux qui au final morflent le plus, à l'image bien sûr de l'excellentissime Broderick Crawford: les derniers instants de cet arnaqueur qui a tenté de tromper les siens sont à coups sûrs les moments... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 juin 2007

Les Nuits de Cabiria (Le Notti di Caberia) (1957) de Federico Fellini

Giulietta Masina en état de grâce, une alchimie parfaite entre le maestro Federico et la piccola Giuletta qui dans ses délires de doux dingues n'est pas sans me rappeler un autre grand couple de cinéma, celui formé par Gena Rowlands et Cassavetes: les mines boudeuses, les gestes agressifs ou nonchalants de Cabiria ne sont pas sans faire écho - dans ma mémoire, po dans la réalité historique - à certaines passages d'Une Femme sous Influence ou d'Opening Night. C'est dire - un prix d'interprétation à Cannes en tout cas pas volé. ... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juin 2007

Les Clowns (I Clowns) (1971) de Federico Fellini

Alors oui, il y a bien ce passage au début du film où Fellini, expliquant sa tristesse lors du spectacle du cirque, fait un parallèle avec tous les personnages réels de son village - scène hilarante du salut mussolinien des enfants dans le train, personnage zarbi de nonne naine -, il y a bien cette parfaite atmosphère de monde perdu dans lequel baigne tout le film, un parfum de nostalgie tristounet qui convient parfaitement au ton de ces rencontres avec ces clowns - tristes - vieillissants qui, la larme à l'oeil, se rappellent leurs... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2007

La Dolce Vita de Federico Fellini - 1960

Comme le disait récemment mon collègue à propos d'un autre film (que je n'aime pas beaucoup, mais j'évite la bagarre), revoir un film pour la 1000ème fois peut amener de nouvelles émotions, une nouvelle façon de le regarder. Je n'avais pas regardé La Dolce Vita depuis au moins deux ans, et j'en gardais les mêmes images que tout le monde : l'impression floue d'un "tourbillon de la vie" (je cherche) parfaitement maîtrisé, baroque, échevelé. J'en gardais les scènes célèbres du bain dans la fontaine, de l'apparition de la Vierge, de ces... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:16 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
05 avril 2007

Les Feux du Music-Hall (Luci del varietà) de Federico Fellini - 1950

Pour son premier film, le maestro signe déjà un magnifique portrait poétique et drôle, dans lequel il place d'entrée toutes les figures qui feront son grand cinéma. Il y a de la Dolce Vita dans sa description ironique du monde de la jet-set oisive, il y a de La Strada dans cette petite troupe de spectacle ringarde qui s'en sort avec des petits traffics, il y a des Vitelloni dans ces caractères qui transforme chaque verre d'eau en tempête dantesque, il y a des Clowns dans la tristesse douce-amère du sujet... Le scénario de Luci del... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 janvier 2007

Juliette des Esprits (Giulietta degli spiriti) de Federico Fellini - 1965

Voilà un Fellini que je n'avais jamais pu voir, et qui vient enfin de ressortir en DVD dans une version restaurée de toute beauté. Il faut dire que visuellement, Giulietta degli spiriti est absolument splendide. Rarement le père Federico n'avait atteint une telle perfection dans le choix des couleurs (à côté, Jacques Demy est pastel) et dans la démesure de la mise en scène. Du début à la fin, l'écran s'emplit de millions de personnages barjots, de décors hallucinants, d'animaux improbables (du perroquet à l'éléphant, du paon au... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 juillet 2006

Répétition d'Orchestre (Prova d'orchestra) (1978) de Federico Fellini

Ultime collaboration Rota/Fellini, une véritable apothéose, un grand bordel organisé par le Maestro. Tout commence de la façon la plus paisible possible dans cette salle aux pupitres bien en ordre. Visite guidée de lieux dans le recueillement, puis arrivée des musiciens -accompagnés d'un membre du syndicat- et après quelques hésitations à parler à l'équipe télé, chacun y va de son anecdote sur son fidèle compagnon, pardon instrument, dans une furia verbale fellinienne... Il y a bien sùr un violoniste qui reste l'oreille collée à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 juillet 2006

Amarcord de Federico Fellini - 1973

Franchement, quand on voit l'ampleur et l'ambition des films de Fellini, on se dit que Kusturica peut aller se rhabiller. Chez le maestro, les insensées plans de foules ne sont jamais de la pure virtuosité, c'est toujours intelligent, plein de vie, le sang palpite là-dessous comme c'est pas permis. J'ai toujours eu un amour particulier pour Amarcord. J'en adore le ton général, et cette magnifique mise en regard de moments tragiques (la mort de la tante par exemple) et de moments burlesques, voire carrément triviaux (la branlette... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]