06 août 2013

Whity (1971) de Rainer Werner Fassbinder

Ah c'est sacrément exigeant un film de Fassbinder... Tu mates Whity avec la gueule de bois et t'es plombé pour au moins une semaine... RWF s'attaque donc au western et évoque le sud en pleine guerre de Sécession. Soit donc une famille composée d'éléments plus antipathiques les uns que les autres, spectraux même oserais-je : le pater familias qui fouette du black à tout va, sa salope de femme qui attend qu'il crève, et les deux fils, l'un complément con (kukluxklané de surcroit, ce qui donnera lieu à une sympathique scène où il sera... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juillet 2011

Je veux seulement que vous m'aimiez (Ich will doch nur, daß ihr mich liebt) (1976) de Rainer Werner Fassbinder

Ce qui est bien avec Fassbinder, c'est qu'on sait toujours que le gars trouvera le moyen de nous plomber la journée... Attention, je ne dis point que le jeu n'en vaut pas la chandelle, juste qu'il doit s'agir d'une des raisons pour lesquelles cette odyssée shangolienne avance aussi lentement... La sortie en dvd de ce téléfilm qui bénéficie tout de même de la photo de l'incontournable Michael Ballhaus fut donc l'occasion, avant un repos malgache bien mérité, de se repencher sur notre ami Rainer ; certes l'histoire d'un homme qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2010

La Femme du Chef de Gare (Bolwieser) (1977) de Rainer Werner Fassbinder

"Une femme peut décaniller la vie d'une dizaine d'hommes et survivre" - traduction personnelle. C'est vrai que ce pauvre Bolwieser, chef de gare, est tombé sur un sacré numéro en épousant la gâte Hanni - la femme du. On sent qu'il est fou amoureux d'elle, que la passion le dévore, mais qu'il a aussi de telles pelures de saucisson dans les yeux qu'il risque de tomber bien bas. Il s'accroche à sa douce qui le manipule comme un yoyo avant d'être victime d'un véritable jeu de massacre. Manon était perfide, Hanni (chafouine... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2010

Le Monde sur un Fil (Welt am Draht) (1973) de Rainer Werner Fassbinder

Voilà longtemps qu'on avait un peu perdu de vue cette odyssée Fassbinder, et c'est un tort tant cette minisérie télé de 3h20 - qui vient tout juste d'être éditée en DVD - vaut son pesant de pixels. Fassbinder se lance dans la science-fiction, et enfonce sans forcer le Matrix des frères Wachowski (ouais, les effets de spéciaux de Matrix sont p't'être un peu plus chiadés, mais qu'est-ce qu'on en a à battre, hein ?); déjà rien qu'en disant le mot "Matrix", on sent bien que l'on cherche à se la péter (comme pour Asterix,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2009

Maman Küsters s'en va au ciel (Mutter Küsters' Fahrt zum Himmel) (1975) de Rainer Werner Fassbinder

J'aime bien cette veine caustique du Fassbinder qui n'épargne ni la société des médias, ni la volonté de briller sous les sunlights ni encore et surtout les différents partis d'extrême gauche. De la gauche caviar au militantisme anarcho-révolutionnaire qui part en quenouille, chacun en prend pour son grade. On retrouve Ingrid Caven, quant à elle, dans le rôle de The star (c'est ça ou fantôme, elle a po tellement le choix) prête à tout pour réussir, quitte à surfer sur la mort tragique de son père... Mais dans quelle société... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2008

Le Voyage à Niklashausen (Die Niklashauser Fart) (1970) de Rainer Werner Fassbinder

Ouh là, il faut être sacrément en forme pour venir à bout de cette oeuvre relativement foutraque, même si dans la forme il y a quelques séquences qui marquent des points. Si en introduction au film, un petit texte liminaire parle du projet de Fassbinder de monter l'embourgeoisement des révolutionnaires, il semble surtout s'agir de montrer au final l'échec de toute tentative de révolution - et cela même s'il semble juste de s'opposer à la classe dirigeante profiteuse... Comme le dit la schöne Hanna Schygulla à un Fassbinder dans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


05 septembre 2008

Pourquoi M. R. est-il atteint de Folie meurtrière? (Warum läuft Herr R. Amok?) (1970) de Rainer Werner Fassbinder

Bien que la construction du film paraisse moins élaborée que celle d'un Haneke (on pense au Septième Continent), le dénouement en est tout autant effroyable et glaçant. En une vingtaine de longs plans-séquences (si l'esthétisme a vieilli, la mise en scène n'est pas celle d'un manchot), Fassbinder nous narre la vie de cet homme tout à fait normal en apparence à défaut d'être particulièrement brillant et original. On a beau être prévenu par le titre, le final tombe comme un couperet, nous assomme comme un chandelier. Herr Raab,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 septembre 2008

L'Année des treize Lunes (In einem Jahr mit 13 Monden) (1978) de Rainer Werner Fassbinder

L'Année des treize Lunes est souvent considéré comme l'un des films les plus personnels de Fassbinder, écrit et réalisé dans la foulée du suicide de son amant (le Rainer l'avait po invité à son anniv', l'aut' l'a mal pris, na). Si le rythme du film est définitivement lent - ah c'est po l'ouverture des J.O. -, il propose une réflexion profonde sur le personnage d'Erwin/Elvira, une sorte de quête de personnalité et d'amour désespérée... Mélant des passages d'un réalisme sanglant au burlesque le plus échevelé - la parodie d'une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juillet 2008

Peur de la Peur (Angst vor der Angst) (1975) de Rainer Werner Fassbinder

Ce portrait d'une femme qui glisse tout doucement sur la pente de la dépression voire d'une gentille folie n'est pas sans faire penser, toute proportion gardée, à Une Femme sous Influence de Cassavetes (la sculpturale Margit Carstensen n'est tout de même pas Gena Rowlands et la mise en scène de Fassbinder est beaucoup plus carrée que celle du John). Malgré tout, on compatit pour cette femme qui, sans forcément avoir à se plaindre matérialement, dérive lentement vers d'autres horizons plus fragiles. Le regard qu'elle pose sur les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juillet 2008

Rio das Mortes (1971) de Rainer Werner Fassbinder

Réalisé pendant une grosse période très productive (9 films en deux ans, un rythme Godardien des débuts), Rio das Mortes est une petit film réalisé pour la télévision. L'image pèche un peu esthétiquement -des grains gros comme en Bretagne- et s'appuie sur une histoire très linéaire : Hanna Schygulla, la pauvre, rêve de mariage, pendant que son jeune compagnon, la blonde queue de cheval au vent, ne pense qu'à mettre en place une expédition au Pérou, avec l'un de ses anciens camarades. Nos deux gars sont un peu des losers en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2  3    Fin »