15 mai 2011

Yoyo de Pierre Etaix - 1965

  Dernier petit tour dans l’univers de Pierre Etaix, et non des moindres, puisque Yoyo est un des sommets de l’œuvre du gars, sans conteste. Je dirais même que si Etaix ne s’emmêlait pas tant les pinceaux dans la deuxième moitié, on aurait affaire là à un authentique chef-d’œuvre. Quelque chose d’infiniment doux, de délicieusement modeste, émane de ce petit film, qui brandit l’artisanat et le minuscule en étendard définitif, et qui, même s’il développe une atmosphère bien à lui, n’en oublie pas de saluer au passage tous les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mai 2011

Pays de Cocagne de Pierre Etaix - 1969

Les habitués du cinéma bon enfant de Pierre Etaix risquent d’être étonnés, voire choqués, à la découverte de son dernier opus (à ce jour). Pour moi, ce changement de ton sans concession m’a ravi, alors que, moi aussi, j’aime beaucoup la tendresse passée du compère. Aucune tendresse ici, aucune sympathie pour ses contemporains : en filmant la France franchouillarde des années 60, celle qui beugle sur les routes du tour de France et envahit les campings l’été, il affiche au contraire un cynisme violent à l’égard de ses... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
19 avril 2011

Rupture de Pierre Etaix - 1961

Tout à fait mignon, ce premier film de Pierre Etaix, qui, avant de passer à l'anniversaire de mariage (Heureux anniversaire), raconte d'abord la rupture, donc. Enfin, je dis ça, mais c'est pas vraiment exact : la rupture n'est que le prétexte à une seule et unique scène où notre gars est filmé en train de tenter d'écrire une lettre à sa traîtresse de maîtresse volage. Stylos cassés, timbres qui se collent partout, bureau bancal, taches d'encre dans tous les coins, c'est du pur gag visuel étiré à l'envi, accompagné de toute une série... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 avril 2011

Tant qu'on a la Santé de Pierre Etaix - 1966

J'aime bien la légèreté de Pierre Etaix, voyez-vous ; mais là, quand même, j'aurais aimé un peu plus de consistance. Tant qu'on a la Santé est un film à sketches très inégal, constitué de quatre courts-métrages sans véritable rapport entre eux. C'est certes mignon et souvent virtuose, mais ça ne raconte vraiment pas grand-chose, et à moins d'aimer à la folie les tous petits gags de la vie courante, on s'ennuie, à la longue, et on aurait plus apprécié ces films séparés les uns des autres. Ca va du très bon au complètement raté.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2011

Le Soupirant de Pierre Etaix - 1962

Premier long-métrage d'Etaix, et déjà cette douce poésie assez indéfinissable qui se dégage de ces petites vignettes de la vie quotidienne. C'est encore l'amour qui est le sujet principal de ce film, mais cette fois la recherche d'icelui : Etaix joue un fils de bonne famille trop occupé par sa passion pour les sciences pour avoir le temps de traquer la gorette ; mais le père veille au grain, et enjoint fiston de trouver l'amour : le film (ne) va raconter (que) ça, à travers une série de saynetes très drôles autour de la quête... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 mars 2011

Heureux Anniversaire de Pierre Etaix - 1962

Encore un très joli moment de douceur et de poésie de la part de notre ami Pierrot, qui, ne se prenant pas plus que ça la tête sur le scénario, nous sert une chronique croquignolette de notre bonne vieille société à travers sa rapidité et son speed. A cheval entre Jacques Tati et l'école du cirque, le film suit les déboires d'un petit personnage qui veut fêter son anniversaire de mariage. Madame l'attend à la maison, mais monsieur est sans arrêt freiné par les embouteillages, les places de parking trop étroites, le toit ouvrant de sa... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 mars 2011

Le grand Amour de Pierre Etaix - 1968

Je me suis tapé un Straub aujourd'hui, j'ai bien le droit à un petit divertissement dans la foulée. Et quel divertissement ! Je ne connais pas encore les films de Pierre Etaix qui ressortent en ce moment, mais au vu de celui-ci, je vais me précipiter sur iceux. On peut craindre, au départ, un vaudeville légèrement ringard, puisqu'on sent venir le sujet : une critique du mariage, de l'embourgeoisement, à travers un petit personnage sans caractère qui épouse une rombière par dépit, ou pour récupérer l'usine de beau-papa... N'importe... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1