06 janvier 2013

Un Enfant de toi de Jacques Doillon - 2012

Ca faisait longtemps que Doillon ne nous avait rien pondu, et on avait presque fini par oublier que l'amour c'est super dur et ça fait mal même si c'est beau et fort et que je veux un enfant mais pas trop en fait parce que la vie c'est dur sauf quand tu me fais souffrir mais en fait je t'aime parce que ton enfant te ressemble et que je veux partir avec mon amant qui lui m'aime alors que toi t'es vachement dur et que je t'aime parce que je te déteste comme la vie qui veut un enfant de toi que j'aime trop dur. Un Enfant de toi vient... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2011

Ponette de Jacques Doillon - 1996

Doillon vient de m'assassiner. C'est bien simple, au bout de trois minutes de film, j'avais la gorge serrée, et les larmes commençaient à poindre. Il faut dire que le gars n'y va pas avec le dos de la cuillère. Ponette est une petite fille de 4 ans qui vient de perdre sa mère dans un accident. Refusant de comprendre la réalité de la mort, elle va passer tout le film à attendre le retour de sa mère, par la prière, par des épreuves fantaisistes imposées par une copine profiteuse, par la patience et les larmes surtout. Sur un tel sujet,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 05:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2011

Le Premier venu (2008) de Jacques Doillon

Jacques Doillon est décidément un éternel jeune cinéaste, tant l'éclat, la candeur, la générosité de son cinéma irradient. Il nous embarque cette fois-ci dans la Somme, paysage de bord de mer d'une platitude absolue, territoire propice pour tenter un nouveau départ ; une jeune femme (Camille, lumineuse et gracile Clémentine Beaugrand) s'attache aux basques d'un SDF (Costa, Gerald Thomassin, le petit criminel is back et on s'en félicite) : il l'a violée lors de leur rencontre à Paris mais elle semble bien décidée à vouloir l'aimer,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 décembre 2008

Le Jeune Werther de Jacques Doillon - 1992

Quelque part entre la jeunesse morbide de Pialat et la jeunesse lumineuse de Truffaut (celle de L'Argent de poche), il y a la jeunesse mélancolique de Doillon. Une jeunesse préoccupée par la mort, et considérant l'amour, la vie, l'amitié comme des choses importantes. Une jeunesse déjà adulte, concernée, loin de l'insouciance qui lui est souvent attribuée. Le Jeune Werther réussit là où nombre de films sur l'adolescence échouent : prendre cette époque au sérieux, accorder aux chagrins d'amour de cet âge-là l'importance qu'ils ont. ... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
31 juillet 2006

L'An 01 de Gébé et Jacques Doillon - 1972

Je tiens à supplier tous les gens qui m'ont conspué suite à mon texte sur The Life Aquatic (j'assume) de voir ce petit bidule des années 70 : voilà ce que j'appelle la sincérité au cinéma. Dans L'An 01, il n'y a aucune fabrication, rien qui soit là pour faire mode ou pour jouer au décalé, rien qui ressemble de près ou de loin à de la crânerie. Rien qui ressemble réellement à du ciné non plus, remarquez bien : ce film est un joyeux foutoir libertaire et anarchiste, revendiquant dans la joie le droit de s'arrêter de produire, de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1