10 décembre 2014

Blow Out de Brian de Palma - 1981

Bon, là, les gars, avouons-le : nous voilà au sommet de l'oeuvre de De Palma (qui en comptera une douzaine d'autres, c'est vrai), le genre de film éternel qui, même après 817 visions émerveillées, garde encore de nouvelles lectures possibles, de nouvelles beautés. On a sûrement déjà tout dit et tout écrit sur cet essai divinement intelligent, et tout est vrai. Influencé comme toujours par Hitchcock (c'est Vertigo ici qui sert de matrice, mais Rear Window fait aussi son apparition), il en contient le même romantisme noir, le même... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 juin 2013

Passion de Brian de Palma - 2013

Il m'a fallu regarder le film deux fois pour m'assurer de ce que je voyais, je ne voulais pas y croire la première fois. Mais oui, la nouvelle tombe tristement : De Palma a réalisé un mauvais film. Ca lui était certes déjà arrivé quand il voulait faire du commerce à tout prix (Les Incorruptibles, Le Dahlia noir), mais jamais quand il jouait dans la cour purement expérimentale, comme c'est le cas avec Passion. Or, voilà : ce coup-ci, le gars se vautre dans le médiocre, réalisant un truc retors qui ne dit rien, ne fait rien ressentir et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:43 - - Commentaires [96] - Permalien [#]
30 août 2012

Dionysus in '69 de Brian de Palma - 1970

J'adore le théâtre expérimental des années 65-75 : on ne sait jamais si on doit se taper sur les cuisses ou admirer la puissance de ces machins politico-naïvo-sexuello-baboss, et ce trouble est toujours salutaire. C'est dans le même état qu'on découvre ce De Palma pré-célébrité, puisque le compère se met en tête de filmer une représentation des Bacchantes d'Euripide mise en scène façon happening par la compagnie de l'inénarrable Richard Schechner en 69. La représentation en elle-même est déjà excellente : une sorte de partouze... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juin 2012

Wise Guys de Brian de Palma - 1986

Je vais hurler avec la masse pour le coup, mais elle (en tout cas la petite masse qui est allée voir Wise Guys) a bien raison : ce film est une horreur. Qu'est-ce qui a bien pu pousser De Palma à signer pour cette comédie navrante ? L'envie de se mettre en danger peut-être ; en tout cas, le fait est : le gars est autant fait pour le burlesque que moi pour la marine marchande. Scénario infâme, acteurs minables, gags à deux balles, filmage d'amateur, tout est sidérant de ratage. On comprend pourtant ce qu'il aurait pu y avoir... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2010

Hi, Mom ! de Brian de Palma - 1970

Bien barré, le Brian, dans les années 70. Hi, Mom ! ressemble à tout et à rien en même temps : happening politique, comédie grivoise, film coup de poing et provocateur, satire sociale, réflexion sur le rôle du réalisateur, il est tout ça à la fois, et en même temps ne souffre aucune comparaison et s'éloigne de toute référence. On assiste avec ce film à un grand moment expérimental comme on n'en fait plus, avec ce que ça comporte de maladresses et de lourdeurs, mais aussi de venin et de frissons dans l'échine. Ca commence comme... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
28 août 2009

Mission to Mars de Brian de Palma - 2000

Ca faisait longtemps que je n'avais pas revu ce petit De Palma oublié, et ça fait du bien ma foi. Je dirais même que ça sonne presque comme une évidence de voir le bon Brian s'aventurer dans la science-fiction : ses fameux mouvements de caméra lentissimes et très coulés trouvent avec l'apesanteur leur pleine expression. Tout le film semble pris dans cette coolitude de mise en scène : dès que les héros sont embarqués dans leur vaisseau, tout est mouvements circulaires, brouillages de repères spatiaux et lissage des déplacements de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 décembre 2008

Greetings de Brian de Palma - 1968

Avant de faire des chefs-d'oeuvre, De Palma faisait déjà de très grands films : Greetings est énorme, tout simplement. Le bon Brian, sous influences multiples et diverses, réalise une sorte d'archétype du cinéma underground new-yorkais des années 60, tout en évitant totalement la simple expérimentation élitiste, tout en servant une comédie poilante, tout en exposant déjà tous ses motifs à venir, tout en balançant quelques pavés politiques, tout en nous montrant d'accortes jeunes femmes en tenue d'Eve, tout en laissant exploser le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2008

Furie (The Fury) de Brian de Palma - 1978

Voilà un film qui ne rajoutera rien à la gloire du bon Brian. On dirait, en fait, un film "à la manière" de de Palma plutôt qu'un film de de Palma, tant tout y apparaît comme une caricature des motifs habituels du gars, tant tout y respire la maladresse et l'amateurisme. Incroyable de constater la lourdeur du montage, l'évident désintérêt pour les acteurs ou les effets hyper-appuyés de la mise en scène. L'histoire en elle-même est déjà très compliquée, et on dirait qu'on essaye de nous raconter cinq ou six histoires... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2008

Redacted de Brian de Palma - 2008

L'inconvénient quand on s'attaque à un de ces grands films théoriques dont De Palma a le secret, c'est qu'on sent bien que tout ce qu'on pourra en dire ne rendra compte que d'une petite partie de ce qui est développé à l'écran. Redacted est un film d'une belle profondeur formelle, faisant le lien entre la trame nihiliste de Casualties of war (même scénario ou presque) et la puissance visuelle de Snake Eyes. C'est plus que réconfortant de voir le Brian revenir à son thème fétiche : le regard, ses leurres, sa vérité, sa subjectivité.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:53 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
28 octobre 2007

L'Esprit de Cain (Raising Cain) de Brian de Palma - 1992

Je suis le premier à dire que de Palma manque parfois de fond, ce qui semble lui attirer le dédain poli de mon camarade de jeu. Mais il n'empêche que quand la forme atteint une telle virtuosité que dans ce Raising Cain, on ne peut que s'incliner devant la maîtrise du gars, et respecter. Ben oui, c'est pas forcément génial, cette histoire déjà vue de "Doppelgänger", de schyzophrénie outrée qui mène au meurtre. De Palma, comme toujours, est béat d'admiration devant Hitchcock, et a du mal à dire autre chose que ce qui a... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


  1  2    Fin »