26 novembre 2022

Assassinats en tous Genres (The Assassination Bureau) (1969) de Basil Dearden

L'abus de films d'horreur ratés ayant totalement déréglé chez Gols toute notion de mise en scène classieuse, revenons sagement à l'ami Dearden. On est ici face à l'une de ses oeuvres tardives, un petit amusement politico-thrillo-européen truculent, qui, si elle ne compte pas parmi ses grandes réussites, parvient à divertir à peu de frais. Partant vaguement d'un roman inachevé de London, il est ici question de ce fameux Bureau des Assassinats, un bureau qui tue votre homme pour peu que vous avanciez quelques raisons morales ; un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2022

La Victime (Victim) (1961) de Basil Dearden

Il y décidément quelques perles dans l’œuvre de Dearden et ce Victim en fait partie. Après s'être attaqué au racisme dans Sapphire, Dearden traite dans cette œuvre de l'homosexualité, qui, faut le rappeler, était passible d'emprisonnement en Angleterre jusqu'à sa dépénalisation en 67... Comme le dit l'un des personnages du film, cette loi représentait alors une véritable "charte du maître-chanteur", grand sujet justement de cette production. Dearden ouvre son film en nous faisant découvrir un jeune homme cherchant à échapper à la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2022

Un si noble Tueur (The Gentle Gunman) (1952) de Basil Dearden

Une fois de plus, on trouve le gars Dearden assez malin dans cette version de l'affrontement entre l'IRA et le pouvoir anglais. On se dit diable, comment un Anglais peut oser se frotter à ce genre de sujet et oser parler de façon lucide, objective des attentats irlandais... Eh bien le bougre y parvient assez bien, s'intéressant à la fois à des membres de l'IRA prêts à tout pour vaincre (et notamment à périr ou à assassiner) et à un type qui a choisi non pas d'abandonner le combat mais de suivre un chemin dirons-nous plus... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 septembre 2022

Accusé, levez-vous (Life for Ruth) (1962) de Basil Dearden

Ça faisait un bail que j'avais fait pas un petit tour chez le Basil : comme j'en avais justement deux sous le coude, des films de Dearden, je me suis permis. Et j'ai bien fait car une fois de plus le bougre trouve un angle intéressant sur une thématique pas vraiment bandante à première vue ; il est ici question d'un couple qui, alors même que leur fille a été blessée lors d'un accident en bateau, doit donner l'autorisation de pratiquer une transfusion sanguine. C'est une question de vie ou de mort et on se dit qu'il n'y a pas... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 février 2022

The Square Ring (1953) de Basil Dearden

Encore une nouvelle petite pépite de Dearden ? Tout à fait, mes amis, tant The Square Ring n'est pas un énième film sur la boxe mais un portrait, plus ou moins glorieux, de six hommes qui se battent contre cette chienne de vie. Six hommes qui ont tous leur tempérament, leurs histoires, leurs espoirs, leurs fêlures, leurs rêves... Il y a ce type à la tronche déjà bien amochée, râleur comme pas un mais bonne pâte, qui continue, malgré les gnons qu'il encaisse, à faire le taff, il y a ce jeune type qui combat pour la première fois... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2022

Sous le plus petit Chapiteau du Monde (The Smallest Show on Earth) (1957) de Basil Dearden

Ah oui allez, je passe aux aveux, je n'aime pas les gros barnum, ces grands chapiteaux toujours un peu prétentieux ou ces films d'intellectuels du dimanche qui pètent plus haut qu'une boule en métal ; j'aime le petit artisan, le travail minutieux, le truc à taille humaine, nostalgique sans être réac, piquant sans être douloureux. Et je dois dire que ce petit opus de Dearden (un Anglais, putain, un Anglais quand même...) a franchement toutes les raisons de me réjouir ; certes, l'idée de départ est déjà séduisante en soi : un jeune... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 avril 2021

La Femme de Paille (Woman of Straw) (1964) de Basil Dearden

Un nouvel hommage au gars Sean Connery ? Eh bien, allez, il le mérite, avec ce petit film surprise découvert en pillant la filmo de Basil Dearden (nous sommes des jusqu'au-boutistes, que voulez-vous...). Une histoire, pourtant, sur le papier, un peu banale et glauque : Gina Lollobrigida (as Mrs Marcello, bonjour les clichés) est employée comme infirmière particulière auprès de l'ignoble Ralph Richardson (très crédible sur sa chaise roulante) ; homme de pouvoir, il maltraite les domestiques et n'a que peu de considération pour... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2021

La Cage d'or (Cage of Gold) (1950) de Basil Dearden

Il est intéressant ce petit polar deardenien des débuts qui nous fait naviguer entre Londres et Paris et qui, surtout, nous dresse le portrait d'un parfait salaud. Bill (David Farrar et ses faux airs de James Bond du pauvre) est un homme à femmes... et à argent. Disons pour faire simple qu'il aime à séduire les femmes pour pouvoir accéder à un petit pécule, celui de la fifille à son papa, en temps normal. Et quand ça foire, rien de mieux qu'un petit chantage : il sait qu'on peut être prêt à tout pour se débarrasser de lui... Sa... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2021

Jeunesse délinquante (Violent Playground) (1958) de Basil Dearden

Encore une œuvre solide de l'ami Dearden : un fond social comme on les aime, un casting de choix, une histoire rondement menée (ces petits mouvements de caméra sur des personnages en mouvement et ce montage définitivement tonique permettent de donner du rythme même aux scènes d'intérieur les plus rébarbatives), Dearden qui prend plaisir à nous balader dans des lieux toujours aussi divers quoique banalement quotidiens (école, barre d'HLM, église, commissariat...) réussit une nouvelle fois à nous tenir en haleine devant ce destin... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mars 2021

I Believe in you (1952) de Basil Dearden & Michael Relph

Basil Dearden, toujours soucieux d'étudier les rouages de la justice, de la police (après The blue Lamp, notamment (Police sans Armes en français - tout rapprochement avec l'article précédent est fortuit) concentre cette fois-ci son attention sur ces agents de "l'ombre" que sont les officiers de probation ou contrôleurs judiciaires. Il suit le parcourt de l'un d'eux, un certain Mr Phipps (affublé de toutes sortes de surnoms au cours du film), interprété par avec beaucoup de morgue et de sérieux par Cecil Parker. Ce dernier, de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]