15 février 2021

Le Bateau qui mourut de Honte (The Ship that died of Shame) (1955) de Basil Dearden

On continue notre petit cycle Dearden avec cette œuvre au titre plus ou moins énigmatique mais qui tient finalement toutes ses promesses en terme de mystère : après le bateau-fantôme, aurait-on affaire à un bateau qui agirait en toute conscience ? Hum, hum... Le film s'ouvre en pleine guerre alors qu'un trio de potes (Richard Attenborough, George Baker et  Bill Owen) aidés par le reste de l'équipage enchaîne les missions périlleuses avec succès : explosion de mines, de réserves d'essence, de bateaux ou d'avions... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 février 2021

J'étais un Prisonnier (The Captive Heart) (1946) de Basil Dearden

Dearden, décidément à l'aise dans tous les genres, s'attaque dans l'après-guerre... au film de guerre : la vie, dans les camps, de prisonniers anglais entre 1940 et 1945. L'accent n'est pas franchement mis sur la dureté de survivre de ces camps en tant que telle : nos hommes sont certes étroitement surveillés, n'ont pas franchement d'opportunité pour creuser des tunnels, mais la vie est loin d'être totalement insoutenable "matériellement" - lettres des proches, colis de la Croix Rouge, capacité à s'occuper de leur propre petit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 février 2021

Scotland Yard contre X (The Secret Partner) (1961) de Basil Dearden

Il pleut du polar sur Shangols comme à Gravelotte puisque nous voici une nouvelle fois devant une œuvre du gars Basil réalisée au cours de ces années bénies, entre les fifities et les sixties. C'est cette fois-ci l'ami Stewart Granger (que l'on avait quitté dans la neige et que l'on retrouve volontiers sur les trottoirs londoniens) qui mène la danse. Sa femme l'a quitté, une somme rondelette disparaît des coffres de son entreprise, on est sans nouvelle de lui depuis quelques jours : il est le suspect parfait. Seulement voilà,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 février 2020

The Mind Benders (1963) de Basil Dearden

Toujours un petit plaisir de retrouver ce bon Basil et ce même s'il est anglais. Il s’agit certes ici d'un thriller un peu tordu mais qui permet à Dirk Bogarde d'incarner avec talent  un personnage assez torve. Au départ, ouh là là, pas forcément facile d'expliquer la chose : un célèbre chercheur se donne la mort... Le type est intègre mais on retrouve sur lui tout un tas de biffetons... N'a-t-il pas vendu des secrets à une puissance étrangère ? Un type du renseignement, le Major Hall (le charismatique John Clements)... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juin 2018

L'Auberge fantôme (The Halfway House) (1944) de Basil Dearden & Alberto Cavalcanti

Etrange (...) ce besoin de Dearden, dans les années 40, en pleine guerre, de vouloir créer un espace hors du temps... Juste avant le curieux They came to a City, Dearden met en scène des personnages divers qui, alors que la guerre a toujours lieu, doivent faire face chacun à leur démon... L'introduction est assez déstabilisante en soi puisqu'on passe, "à la Dearden", d'un milieu à un autre (une salle de spectacle, un bar, un bureau d'avocats...), le temps de nous présenter différents personnages... Un couple qui se déchire sous... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2018

Les Trafiquants du Dunbar (Pool of London) (1951) de Basil Dearden

Rarement déçu par l'ami Dearden (qui a dit qu'on méprisait le cinéma anglais, hein, qui ?) qui prouve une nouvelle fois avec cette épatante œuvre toute sa capacité à manager toute une troupe de personnages, à rythmer étonnamment les diverses séquences de son récit et surtout à inscrire son histoire dans les rues de Londres qui portent encore les stigmates de la guerre. Deux marins, le finaud Dan MacDonald (Bonar Colleano) et son pote black Johnny Lambert interprété par l'excellent Earl Cameron, sont à quai pour le week-end ; pendant... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2017

La seconde Mort d'Harold Pelham (The Man Who Haunted Himself) (1970) de Basil Dearden

Petit hommage à Roger Moore avant de se pencher sur une œuvre avec Jean-Marc Thibault (il faut bien rire, parfois). Rien de mieux que cette petite trouvaille de l'ami Dearden qui tente de jouer subtilement sur la thématique des sosies. Roger Moore incarne un type très classe, puritain pur et dur (consciencieux dans son travail, moins au lit...), qui, à la suite d'un grave accident de bagnole, commence à se poser d'étranges questions, à se fissurer. En cause, le fait que plusieurs personnages de son entourage l'ait vu là où il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 février 2017

La Lampe bleue / Police sans Armes (The blue Lamp) (1950) de Basil Dearden

Toujours un vrai plaisir de retrouver notre gars Dearden pour un polar des plus réalistes (avec pour la première fois la collaboration de la police et la possibilité de tourner dans le "nouveau Scotland yard", c'est pas rien), un peu dans la veine des films noirs américains montrant avec précisions le quotidien des policiers - mais avec toujours en plus le souci de montrer le "background" social pour ne pas dire sociétal. Au tout début des fifties, qui fout le bordel dans les rues de Londres ? Ce ne sont point les gens du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juin 2013

A Place to go (1963) de Basil Dearden

Toujours un plaisir de retrouver le Basil qui nous emmène cette fois-ci dans le London des sixties, à Bethnal Green précisément. Quartier en pleine mutation où des HLM plus clean et sans âme vont remplacer les vieux logements ouvriers… Notre héros est un jeune blondinet qui chante dans les pubs, bosse dans l’usine de cigarettes du coin et rêve de « partir ailleurs » ; il vit encore chez ses parents auprès de son beauf et de sa sœur qui vient de pondre, son père venant quant à lui de perdre son taff en tant que docker…... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2012

They came to a City (1944) de Basil Dearden

Basil Dearden fait partie des réalisateurs anglais qui me bottent (j'ai peur d'avoir à les compter sur les doigts d'une seule main...) mais disons le franchement ce They came to a City est affreusement raté. L'idée de départ est pourtant plutôt bonne (neuf personnages issus de classes sociales différentes se retrouvent soudainement out of this world - ambiance huis-clos sartrien under the sky ; ils ont la possibilité de visiter une ville (qu'on ne verra point) où les hommes ne travaillent pas pour des machines mais les machines pour... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]