03 mars 2014

Docteur X (Doctor X) (1932) de Michael Curtiz

Une petite douceur semi-fantastique et vintagement colorée signé du grand Curtiz. A la pleine, depuis six mois, un meurtre est commis par étranglement. On retrouve également sur les cadavres une marque au scalpel. L’enquête mène alors tout droit dans un centre de recherche où ce genre de scalpel est utilisé.  Le professeur en charge du centre est alerté par la police et pour éviter tout scandale décide de réunir pendants 48 h les dits collègues. Il a mis au point un détecteur de palpitations  qui devrait rapidement trahir... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
30 septembre 2012

Le Vaisseau fantôme (The Sea Wolf) (1941) de Michael Curtiz

“Better to reign in Hell than serve in Heaven” London 1900. London, Jack à l’origine de l’histoire. Sur le pont : Edward G. Robinson - très en vogue sur Shangols, j’en conviens. Ida Lupino - vous aurez tout, tout, tout sur l’Ida. John Garfield dans une interprétation très inspirée - mais l’on est rarement déçu par le John. A la manette, l’ami Curtiz, qui réalise là l’un de ses 180 films. Pas le meilleur ? A voir, en tout cas l’un des très très bons. Welcome in Hell… Pour faire partie des nouvelles recrues du bien nommé... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2012

Le dernier Round (Kid Galahad) (1937) de Michael Curtiz

On est quand même dans du (poids) lourd côté casting : Edward G. Robinson face à Humphrey Bogart tous les deux en entraineurs-managers de boxeurs, Bette Davis encore toute jeunette et toute mimi avec ses grands yeux de velours, le grand bûcheron Wayne Morris en fighter flirtant avec la chtite Jane Bryan, Michael Curtiz aux manettes... Il y a de quoi s'attendre à un must dans le film de boxe. Le pire, c'est que c'est pas raté, loin de là, cela manque juste d'une étincelle, d'un ptit quequ'chose de magique, d'un soupçon d'imprévu...... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2012

La Femme aux Chimères (Young Man with a Horn) (1950) de Michael Curtiz

Si vous organisez un festival et cherchez des films avec des trompettes, cette œuvre de Curtiz aura indéniablement une petite place dans le cycle. Si vous êtes également un adepte des histoires d'amour soporifiques, peut-être que cette historiette entre Kirk Douglas et Lauren Bacall trouvera grâce à vos yeux... Sinon, ben euh, revoyez plutôt Casablanca. On est en terrain balisé avec cette "pseudo biopic" d'un joueur de trompette : l'enfance d'un ptit gars orphelin qui tombe amoureux d'un instrument avec, comme incontournable figure... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mai 2012

Les Comancheros (The Comancheros) de Michael Curtiz (et John Wayne, non crédité) - 1961

Dernier film de Curtiz, tellement malade que plusieurs séquences ont été terminées par Wayne himself, et c'est clair qu'on sent un peu le manque d'entrain dans ce western. Non pas que ce ne soit pas agréable, mais disons que la grandeur hollywoodienne semble loin derrière. C'est même presque un peu gênant de constater combien ce racisme anti-Indien est toujours en vogue à cette époque, alors que nombre de films avaient déjà tenté de faire un chouille plus dans la nuance. La mission de Wayne, ici, est double : non seulement il doit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mars 2012

Le Crime était presque parfait (The Unsuspected) (1947) de Michael Curtiz

Un titre (français) à la Hitchcock, une scène d'ouverture avec un crime maquillé en suicide et des ombres languiennes, une intrigue à la Preminger qui commence avec le tableau d'une jeune femme morte qui soudainement réapparaît... Après cinq minutes de film, on se frotte déjà les mains et on se dit qu'il y a toujours une petite perle noire à découvrir. Les trente minutes suivantes nous confortent dans cette intuition lorsque les différents personnages principaux font leur entrée : un oncle (Claude Rains, so suave...), connu pour ses... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 février 2012

La Vie privée d’Élisabeth d’Angleterre (The Private Lives of Elizabeth and Essex) de Michael Curtiz - 1939

On est dans la couleur qui pète, la trompette qui tonitrue et le costume qui sied avec cette fresque intime consacrée aux amours contrariées entre Elisabeth d'Angleterre et le comte d'Essex. Contrariées parce que placées sous le signe de l'ambition, de la lutte des classes et de la fierté des protagonistes : Essex aime Elisabeth, mais il aime aussi le pouvoir et la gloriole ; Elisabeth aime Essex, mais elle aime aussi elle-même et son trône douillet. Aïe aïe aïe, les amours finissent mal en général, surtout dans les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2011

Trafic en haute Mer (The Breaking Point) (1950) de Michael Curtiz

"I hate mornings, worst part of the day." Nouvelle adaptation après celle de Hawks de To have or to have not du gars Hemingway avec dans le rôle titre un John Garfield on ne peut plus pugnace, accompagné d'une brune sincère et dévouée dans le rôle de sa femme (Phyllis Thaxter) et d'une blonde fatale qui sait la jouer tout en tact et en patience (la charmante Patricia Neal). On est dans le bon vieux "fond social" avec cet homme marié, deux bambinettes, qui a bien du mal à joindre les deux bouts : son business patine - il amène de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 04:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 août 2011

Dive Bomber de Michael Curtiz - 1941

Franchement très peu d'intérêt dans ce film de commande poussif et terne. C'est visiblement fabriqué pour donner du moral à nos vaillantes troupes de terrain américaines et démocratiques en ces temps troublés, ça remplit sans problème son rôle donc, puisque c'est vibrant de patriotisme et de gloire à nos glorieux héros pleins de gloire. Curtiz semble avoir de son côté pris beaucoup de plaisir à filmer sous tous ses angles l'aviation américaine, et c'est vrai que le film est plutôt spectaculaire si vous aimez le genre salon du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 février 2011

L'Arche de Noé (Noah's Ark) (1928) de Michael Curtiz

Film hybride entre le muet et le sonore (quelques échanges dialogués au milieu du film qui surprennent, forcément), film épico-historique (on passe de la Guerre de 14 à l'épisode biblique de l'arche de Noé en un clin d'oeil tout en gardant les mêmes acteurs), mais surtout film absolument hallucinant au niveau des effets spéciaux et des moyens mis en oeuvre. Zanuck a écrit lui-même ce scénar démentiel que Curtiz a réalisé avec le savoir-faire qu'on lui connaît. La scène du déluge final ferait passer Titanic pour un film réalisé... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2    Fin »