08 juin 2014

Maps to the Stars de David Cronenberg - 2014

L'esthétique glacée de Cronenberg avait pu virer ces dernières années à l'académisme, mais on se rend compte aujourd'hui que c'était peut-être pour en arriver à Maps to the Stars : le film arrive à faire sonner ensemble les deux tendances de Cronenberg, la monstruosité de sa première moitié de carrière et l'élégance froide de la deuxième. Une sorte de film ultime, finalement, en tout cas son meilleur film depuis Existenz, aucun doute. En surface rien n'a changé. En filmant le Hollywood d'aujourd'hui, le compère en ajoute encore... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:07 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
30 septembre 2012

Cosmopolis (2012) de David Cronenberg

Film concept génial du canadien mettant en scène la mort lente du capitalisme ou film froid verbeux aussi bandant qu’une calandre chromé de voiture ? Je pencherai malheureusement du côté de la seconde option, ce film m’ayant fait au final pratiquement le même effet que le dernier Jarmush (il y a des fans de ce genre de cinoche « ultra contemporain sans aucun affect », je n’en suis pas…). C’est soigné, fait avec une classe évidente - du premier lent travelling sur ses vaisseaux modernes de la richesse et du pouvoir que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2011

Stereo de David Cronenberg - 1969

Sur ce coup-là, je ne vais pas suivre les délires mystico-sexuels de Cronenberg. Stereo m'est tout simplement tombé des yeux, tant il est vrai qu'on comprend en gros le principe en 5 minutes mais qu'il faut quand même se fader encore une heure fumeuse et ennuyeuse. Il s'agit d'une sorte d'essai pseudo-scientifique qui prend des allures de quasi-documentaire pour mieux pratiquer une sorte d'agit-prop bon enfant : on nous dévoile d'une voix sépulcrale le résultat des travaux d'un certain Dr Stringfellow, spécialiste de la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 décembre 2010

Crimes of the Future de David Cronenberg - 1969

Non pas que Cronenberg ait jamais été complètement sain d'esprit, mais alors là, avec Crimes of the Future, il frôle tout à fait la démence pure et dure. On a la sensation d'aller faire un tour dans le subconscient du cinéaste, et ce qu'on y trouve n'a franchement rien de ragoûtant : maladies vénériennes suppurantes, pédophilie larvée, déviances mentales multiples, mutations génétiques diverses et variées, le tout sur fond de sons affreux à base de râles, de cris de baleine et de mouches enfermées dans un bocal. Si vous cherchez la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2010

Fast Company de David Cronenberg - 1979

Même chez les grands cinéastes, il y a des hauts et des bas, je veux bien le reconnaître ; mais alors c'est vraiment rare de tomber sur un tel navet. Fast Company n'est jamais sorti par chez nous, et on comprend Cronenberg d'avoir voulu enterrer ce truc improbable : c'est tout simplement nul. Placé juste entre les très personnels Rabid et The Brood, c'est clair qu'on n'attendait pas ce film de voitures de la part du plus barré des cinéastes. C'est l'histoire de trois pilotes de "funny cars", de leur compétition, de leurs... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 mars 2010

Faux Semblants (Dead Ringers) de David Cronenberg - 1988

David Cronenberg, il faut bien se le dire, ça a méchament vieilli... En atteste ce mythique Dead Ringers, considéré par beaucoup comme un sommet de son oeuvre, et qui vient tout bonnement de me tomber des yeux. J'en suis le premier désolé, mais ce film accuse rudement ses 20 ans d'âge, et ressemble aujourd'hui à une de ces choses fashion et cheap définitivement enterrée dans son époque. A grands coups de motifs freudiens lourdement exposés, Cronenberg s'attache à son éternelle thématique : les corps, leurs mutations, ce mélange de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 mars 2010

Rage (Rabid) de David Cronenberg - 1976

Complètement dans sa veine "triturage de corps" qui va de Stereo à... Eastern Promises (ah ben oui, toute sa carrière, en fait), Cronenberg nous sert ici une glauquissime variation sur la pornographie, la mutation et la pendémie. Le film n'est pas vraiment en place niveau mise en scène, et a pris un méchant coup de vieux. C'est même troublant d'apercevoir, au détour d'un plan, une affiche de Carrie de de Palma dans un coin, ça permet de constater combien le Cronenberg est à la traîne formellement par rapport aux grands films... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2010

Spider de David Cronenberg - 2001

Je n'ai pas grand chose à reprocher à Spider. C'est une fois encore très grand au niveau de la mise en scène, d'une originalité déroutante, comme tous les Cronenberg. On reconnaît la marque du gars, dans cette obsession maladive pour les détails, dans cette fascination pour les replis de l'âme humaine, dans cette passion pour la psychologie déviante qui a fait sa marque. Tout y est parfaitement tenu, de la sombre musique d'Howard Shore, magnifique et toujours en osmose avec les images, à la photo, étudiée au petit poil pour donner... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2008

Frissons (Shivers) de David Cronenberg - 1975

Dès son premier "vrai" film, Cronenberg ne choisissait pas la voie la plus lisse pour nous parler de ses tourments intérieurs. Le scénario de Shivers est assez impressionnant d'ambition et de prise de risques. Il se déroule dans une résidence de rêve située sur une île canadienne, et dont la brochure promet mille merveilles de confort consumériste de base. Dans cet immeuble va malheureusement se multiplier un parasite assez immonde (mélange de crotte de caniche malade et de limace) qui a la particularité de déclencher... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2008

La Mouche (The Fly) de David Cronenberg - 1986

The Fly m'avait plu ado parce que c'était gore. Ca m'avait fait rire de voir Goldblum perdre ses ongles, ses dents, ses yeux et sa machoire dans une symphonie de bruits visqueux et de matière blanchâtre peu ragoûtante, et je n'en demandais pas plus. Mais avec le temps, il m'était resté des souvenirs plus profonds de ce film, comme s'il avait tenté de me dire quelque chose que j'avais vaguement senti sans le verbaliser. Vérification aujourd'hui : eh bien oui, The Fly, c'est un peu plus que ce que c'est... mais guère plus non plus. ... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2    Fin »