09 avril 2011

Jeux interdits (1952) de René Clément

  Rah j'ai beau à chaque fois serrer des dents, la chtite Paulette (Brigitte Fossey, son premier et son meilleur rôle...) parvient toujours à m'extraire une larme en début et en fin. La façon dont elle balance ses "il est mort" et "elle est morte" assécherait un puits émotif et je ne vous parle même pas du chien (le lancer de chien mort dans la rivière... affreux) que la pauvrette se met à suivre au fil de l'eau... Heureusement Clément parvient à éviter tout véritable pathos dégoulinant grâce au jeu ultra spontané de notre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2010

Les Maudits (1947) de René Clément

Clément, cinéaste maudit d'une Nouvelle Vague peu clémente, garde toutes mes faveurs, et ce n'est point ces Maudits, photographié par l'irremplaçable Henri Alekan, qui viendront me faire changer d'avis. Un huis-clos en sous-marin, rien de bien original me direz-vous, sauf qu'à l'intérieur se retrouve une poignée d'individus peu recommandables s'affrontant bec et ongle : alors que l'on se retrouve dans les dernières journées de la guerre, cette équipée sauvage composée d'Allemands du cru et de collabos à la petite semaine est en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 septembre 2007

Plein Soleil (1960) de René Clément

Si la photo (noir et blanc) des Félins est sublime, celle (couleur) de Plein Soleil est éblouissante. De quoi faire un petit hommage au passage à Henri Decaë et à cette grande école française aussi riche en directeurs de photo de talent. La musique est signée Nino Rota ce qui ne gâche rien et les regards bleu laser de Delon et vert laser de Laforêt font le reste. Les aventures de Tom Ripley... tout est déjà dit dans le nom, puisque Ripley (Delon, d'une beauté divine, avouons-le) ne va jamais chercher qu'à rejouer la vie de son... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:20 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
12 mai 2007

Les Félins (1964) de René Clément

Le plus beau noir-et-blanc du cinéma français, signé Henri Decae, disions-nous hier soir ami Bast*en? C'est fort possible tant les contrastes sont sublimes dans ce film (un noir super noir, un blanc étincelant sous les lumières de la Riviera). Ajoutez à cela une musique de Lalo Schifrin toujours vibrante au moindre frissonnement, des acteurs en état de grâce - Delon, Jane Fonda, Lola Albright confondant de naturel... et d'une beauté qui ne gâche rien -, un scénario à "double-fond", en un mot un des plus grands polars... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


  1