13 juin 2014

Le Mangeur de Citrouille (The Pumpkin Eater) (1964) de Jack Clayton

Clayton, Pinter, Oswald Morris, Delerue, Bancroft, Finch, Mason, du beau monde pour un film sur une femme, sur le couple qui touche forcément l'âme - pour peu qu'on mette la main dessus (l'âme, pas le film - quoique). Difficile, dans la première demi-heure, de ne pas penser (sur le fond) à A Woman under Influence du gars Cassavetes (toujours point chroniqué ici, shame on us...) avec cette femme si vivante, si pleine de joie, espiègle, avec sa tribu d'enfant et cette soudaine dépression qui lui tombe sur la tête. Anne Bancroft et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
10 mai 2014

La Foire des Ténèbres (Something Wicked This Way Comes) (1983) de Jack Clayton

Bradbury, Clayton, Disney - cherchez l'intrus. Le problème étant qu'une production Disney restera une production Disney quels que soient la noirceur du scénario (il y a deux trois petites choses intéressantes mais pas de quoi vraiment secouer un môme...) ou la qualité du metteur en scène (la patte Clayton a quand même bien du mal à s'imposer surtout dans la direction ripolinée des deux gamins). C'est un peu dommage car il y a matière à cogiter dans cette histoire de foire qui se joue des malheurs des gens, dans cette idée qu'exaucer... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:48 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

06 avril 2014

Les Chemins de la haute Ville (Room at the Top) (1959) de Jack Clayton

Le récit d'un opportuniste qui, lorsqu'il se tient finalement debout au sommet de son charnier, se rend compte qu'il est passé à côté de l'essentiel, qu'il a tout raté ? Il y a de cela. Pas facile d'être un fils d'ouvrier lorsque l'on veut faire partie d'un monde où l'on naît avec une cuillère en argent dans la bouche... Le gars Joe Lampton (Laurence Harvey) a pourtant tout pour être satisfait : un ptit boulot peinard à la Mairie, une gueule d'ange et une Simone Signoret qui n'a pas encore perdu toutes les plumes de son casque... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
31 mars 2014

Chaque Soir à neuf Heures (Our Mother's House) (1967) de Jack Clayton

Il y a toujours quelque chose à craindre quand les enfants restent en bande : Sa Majesté des Mouches (Peter Brooke), Les Révoltés de l'an 2000 (Narciso Ibáñez Serrador), Le Village des Damnés (Wolf Rilla), L'Ecole des Fans (Jacques Martin)... Chaque Soir à neuf Heures fait également craindre le pire lorsque, suite à des circonstances particulières (une mère malade qui élève ses 7 enfants dans une grande demeure : elle meurt et les enfants, craignant l'orphelinat, décident de l'enterrer dans le jardin), la petite bande se... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:18 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
01 mai 2013

Les Innocents (The Innocents) (1961) de Jack Clayton

"Le meilleur film anglais depuis qu'Hitchcock est parti aux Etats-Unis", c'est vrai puisque c'est Truffaut qui le dit. Une adaptation d'un livre d'Henry James par Truman Capote, une musique de Georges Auric (un pote à H.P. Roché, une référence quoi), une mise en image de Freddie Francis et au final, un film fabuleux, une oeuvre ouverte magique et profonde, dans une forme de très haute volée. Deborah Kerr (au top) ne sait pas trop à quoi s'attendre en débarquant dans cette mansarde anglaise pour s'occuper de deux enfants trop... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 septembre 2008

Gatsby le Magnifique (The Great Gatsby) (1974) de Jack Clayton

Jack Clayton aux manettes, l'excellentissime réalisateur du trop méconnu The Innocents (1961), Francis Ford Coppola au scénar, le couple glamour Redford/Farrow en tête d'affiche, on était en droit d'attendre beaucoup de cette adaptation. Et on tombe tout de même de haut, malgré la fidélité à la trame (mais simplement en surface, pas en profondeur), devant ces images dont l'esthétisme rappellent parfois celui d'une pub pour savon des années 70 (cette maladie de faire briller le moindre éclat en forme d'étoile) -, des acteurs qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1