29 septembre 2013

Les Belles de Nuit (1952) de René Clair

Un ptit tour dans le cinéma de grand-papa avec Gérard Philipe en lover de ces dames (une belle brochette : Martine Carol, Lollobridgiderazade, Magali Vendeuil, Marilyn Buferd... ce furent elles qui me motivèrent au départ... avec l'affiche. C'est vrai qu'après je ne m'attendais à découvrir une oeuvre cinématographique révolutionnaire...). Aah cette ambiance amicale dans ces petites villes de province où tout le monde se connaît, aah ce doux rêveur de Gérard Philipe qui compose des mélodies claydermanesques malgré le bruit des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 août 2013

Ma Femme est une Sorcière (I married a Witch) (1942) de René Clair

Ne serait-on pas prêt à vendre son âme au diable pour chaque apparition de Veronika Lake ? Je ne suis guère blonde (je suis un homme, je le rappelle, la phrase peut être confusante…), mais là, c’est tout de même la blonde ultime (attention, Monroe était la blonde platine, rien à voir). Faut croire d’ailleurs que les gars de Criterion sont également dingues de la dame puisqu’une réédition du film est prévue sous peu dans ce qui constitue la plus célèbre des collections de DVD. Bien. René Clair est donc aux manettes de cette très... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 avril 2011

La Beauté du Diable (1950) de René Clair

"Ne m'accable pas, Lucifer, les hommes sont plus cruels que l'Enfer." Sacré Michel Simon qui pensait se jouer du jeune, beau et talentueux Gérard Philipe et s'est pris un méchant retour de bâton. C'est peu de dire que le Michel se démène comme un beau diable (après, j'arrête, promis) pour marquer de sa griffe cette version de Faust : roulant des yeux, jouant de sa voix de fausset grinçante puis allant chercher au fond de lui les accents les plus graves et caverneux, gesticulant à l'envi, ricanant comme Jean-Pierre Pernaut après la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2009

Paris qui dort (1925) de René Clair

70 ans avant Aménabar (Abre los ojos), René Clair imagine un Paris désert, ou plutôt qui sommeille. Le gardien de la tour Eiffel est ainsi tout surpris de voir qu'il n'y a plus aucune activité dans les rues parisiennes (ouais bon, on voit bien deux trois voitures qui bougent dans le coin de l'écran ainsi que quelques rapides silhouettes mais ne soyons point snob) et que les gens sont restés figés en pleine action : un type qui allait se jeter dans la Seine, un flic qui poursuivait un voleur, un chauffeur de taxi à l'arrêt - ah... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2009

Entr'acte (1924) de René Clair

Premier court métrage de René Clair sur un scénario de Picabia et une musique follement entraînante de Satie, et avec, en prime, quelques invités de choix : George Auric, Man Ray, Marcel Duchamp, Marcel Achard, Satie...; projeté à l'entracte d'un ballet "dadaïste" de Picabia et Jean Börlin, ce film expérimental nage en plein surréalisme. Après un début assez sage qui donne à voir entre autres un joli petit bateau en papier qui flotte sur les toits de Paris et un petit rat de l'opéra filmé par en dessous - tout cela... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2007

Le Million (1931) de René Clair

Cette comédie musicale de René Clair (et dire que ma grand-mère avait alors 19 ans, ça nous rajeunit pas) est certes rondement menée, boostée par le gars René Lefèvre (un ancêtre de Jean-Pierre Léaud, ça doit venir du front), mais bon on peut pas dire non plus qu'on reste passionné et scotché par chaque scène. Bah l'histoire est ce qu'elle est: un homme qui croule sous les dettes et qui voit défiler chez lui tous les commerçants du coin, apprend soudainement qu'il a gagné à la loterie... La joie fait place au doute lorsqu'il ne... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1