27 juin 2018

Les Lumières de la Ville (City Lights) (1931) de Charles Chaplin

On se fait plaisir en révisant ses classiques avec ce petit mille-feuilles amico-romantico-sportif que constitue City Lights. Les lumières, de la ville, justement, ne brillent guère puisque l'amitié est conditionnée à l'état d'ébriété du partenaire de Charlot (généreux à mort quand il est saoul comme un porc, individualiste quand il se retrouve sobre comme un macroniste), que les flics (tout de noir vêtus) rôdent (ils ne les portaient pas dans son cœur, les keufs, Charlot... Il a dû influencer toute mon enfance et la suite), que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 juin 2018

Monsieur Verdoux de Charles Chaplin - 1947

Ah certes, on n'est plus dans le très grand Chaplin, tout ça manque un peu de nerf et d'invention, oui. Mais tout de même : Monsieur Verdoux est un grand moment, et avec la vieillesse approchant, le maître se montre sous un jour beaucoup plus sombre qui rend le film secrètement beau : Chaplin est devenu un pessimiste nihiliste, et le film est rempli d'une amertume que viennent à peine apaiser les apparitions de la jeune beauté de service ou des petits gags visuels. Sous ses dehors de comédie grinçante légèrement britannique, voilà... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mai 2018

Les Temps Modernes (Modern Times) de Charles Chaplin - 1936

Est-il nécessaire d'ajouter cette note au siècle de louanges et de déclarations d'amour envers ce film ? C'est toujours le souci quand on voit un des grands chefs-d'oeuvre du cinéma : que dire de plus, qui n'ait pas été dit, redit et contredit sur tous les sites possibles et imaginables ? Puisqu'il faut bien justifier pourtant l'adage qui veut qu'on doive l'ouvrir même quand on a rien de plus à dire, fendons-nous donc d'un nouveau texte sur Les Temps Modernes. Mais en soupirant, je vous l'avoue. Avant de faire le film définitif... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 novembre 2017

Le Dictateur (The Great Dictator) de Charles Chaplin - 1940

C'est toujours le souci avec les immenses chefs-d'oeuvre, quand on a un blog comme Shangols : que dire de plus que les 12334 critiques pertinentes et intelligentes déjà existantes ailleurs ? Rien, dirais-je sans fausse modestie. C'est pourquoi je me contenterai d'écarquiller très fort mes mirettes et d'apprécier une nouvelle fois à sa juste valeur cet immense film visionnaire, hilarant et émouvant du grand Charlie. J'ai beau le connaître par coeur, pouvoir en réciter le moindre mot avec la même intonation, je ne cesse de m'ébahir à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 décembre 2014

Un Roi à New-York (A King in New-York) de Charles Chaplin - 1957

Chute d'un géant. Brisé par son exil, par ses divorces successifs et par une aura en perte de vitesse, Chaplin revient en Europe pour livrer cette oeuvre laborieuse et assez pathétique, et on a mal pour lui de voir combien sa drôlerie et son génie sont dilués dans l'à-peu-près technique, l'amateurisme à tous les postes et la fatigue flagrante. Dans un esprit revanchard et insolent qui l'honore, Chaplin brosse un portrait à charge du maccarthysme qui l'a renvoyé d'Amérique, sous la forme d'un roi déchu trouvant refuge, justement, aux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mai 2014

Courts-Métrages de Charles Chaplin - 4/ époque First National - 1918/1923

Dernière période de courts pour Chaplin, on arrive au bout de cette odyssée. Franchement, c'est sa meilleure période, pratiquement rien à jeter. Mais comme d'habitude j'ai mis mes préférés en rouge.  Une Vie de Chien (A Dog's Life)Chaplin commence sa colaboration avec la First National par un chef-d'oeuvre, les gars ont dû se frotter les mains. Subtil et intelligent, ce film joue à merveille du parallèle entre le clodo et son nouveau protégé, un brave thien (qui s'avèrera être finalement une chienne) aussi plein de puces et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 août 2013

Courts-Métrages de Charles Chaplin - 3/ époque Mutual - 1916/1917

Le style s'affine jusqu'au chef-d'oeuvresque dans cette période Mutual. Franchement, pratiquement tout est bon, et c'est bien pour faire dans la nuance que j'ai continué d'indiquer en rouge mes préférés. Le grand Chaplin est là, définitivement. Charlot chef de rayon (The Floorwalker)Chaplin débute brillamment au sein de la Mutual avec ce court rythmé au taquet et rempli de 40000 gros gags/minute. Dès le départ, en constatant la multitude d'objets et de décors contenus dans ce grand magasin, on se frotte les mains en imaginant déjà... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 avril 2013

Courts-Métrages de Charles Chaplin - 2/ époque Essanay - 1915/1916

Changement de firme pour notre compère qui s'émancipe pas mal dans ces courts-métrages-là. Tous ces films sont réalisés par le maître himself (sauf le curieux His Regeneration), et comme on ne change pas une équipe qui gagne, mes préférés sont comme toujours en rouge, mais vous en faites ce que vous voulez. Charlot débute (His new Job)Le passage d'un studio à l'autre n'a pas vraiment bouleversé le style chaplinesque (il n'y a d'ailleurs que 2 mois entre le dernier film "Keystone" et celui-ci), et pourtant un vent nouveau souffle... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 janvier 2013

Courts-Métrages de Charles Chaplin - 1/ époque Keystone - 1914

35 films en un an (plus un long-métrage, pas encore vu à l'heure qu'il est) : notre gars Chaplin ne s'économise pas pour ses débuts, pour le meilleur et pour le pire. Exhaustivité et génie du commentaire, Shangols est sur la brêche. (en rouge : mes préférés) Pour Gagner sa vie (Making a Living) de Henry Lehrman La première apparition de l'idole sur un écran se fait franchement par la petite porte, tant ce Henry Lehrman n'a aucun sens du rythme ni du montage. En huit minutes, le bougre raconte 47 histoires, mais ne parvient... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 novembre 2010

La Ruée vers l'Or (The Gold Rush) de Charles Chaplin - 1925

Là, je pense qu'on va tous être d'accord pour dire qu'on est dans la perfection totale, non ? Autant faire court : The Gold Rush est immortel. C'est franchement le sommet de l'oeuvre de Chaplin (comme tous les autres Chaplin, d'ailleurs), celui qui sait le mieux gérer la balance entre comédie pure et mélodrame. Un premier tiers dans la neige, avec des scènes aussi célèbres que la dégustation de la chaussure bouillie ou l'hallucination de Big Jim qui prend Chaplin pour un poulet : les gags sont parfaits, y compris ceux qui ne partent... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]