13 mars 2019

La Cérémonie de Claude Chabrol - 1995

Un des Chabrol les plus connus et les plus reconnus, aucun doute, et c'est mérité : voilà indéniablement un film réussi, du moins en grande partie, et qui rassemble pas mal des obsessions du gars. Jamais la lutte des classes n'avait trouvé meilleure expression dans ses films qu'ici, où elle devient assez subtilement le vecteur de la violence sociale. Même si le film se termine dans la violence concrète, celle-ci est superbement contenue et induite dans tout le film, et les coups de fusil de chasse ne sont que l'aboutissement d'un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2019

Les Noces Rouges de Claude Chabrol - 1973

Chabrol revient encore et toujours sur sa critique de la bourgeoisie provinciale. Ça pourrait fatiguer, mais Les Noces Rouges le fait avec une telle intelligence et une telle sensibilité qu'on finit par être totalement convaincu, et par rêver en choeur de voir la tête de ces petits parvenus satisfaits en haut d'une pique. C'est pourtant autant par le biais social et politique que par le biais sentimental que le père Chabrol aborde cette fois sa critique, teintant son ton parfois un peu lourdaud d'un très beau portrait d'amants et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 août 2018

Que la Bête Meure (1969) de Claude Chabrol

Un bon Chabrol n'est pas forcément un bon film (alors qu'un excellent Tavernier restera un mauvais... je suis caustique ce matin) mais faut reconnaître, sans état d'âme, que Que la Bête Meure se situe malgré tout dans le haut du panier. C'est un polar ultra classique (un accident, un homme cherche le coupable pour l'éliminer), une histoire de vengeance qui est un plat, non seulement, qui se mange froid, mais qui est surtout - rien d'étonnant connaissant Chabrol -, affaire de gourmet :" Pendant d'interminables heures, je lui ferai... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:50 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
30 mars 2018

La Femme infidèle de Claude Chabrol - 1969

Chabrol nous balance dans la tête un de ces objets froids comme une lame qu'il savait faire parfois dans ses grands moments inspirés. En surface, La Femme infidèle respire le drame bourgeois, les déchirements sur les belles nappes blanches et dans les grands jardins à balançoire ; sous la surface s'agitent des sentiments "humains trop humains" ravageurs. Aidé par des acteurs absolument imparables dans la non-émotion (Michel Bouquet et Stéphane Audran, RIP), il réalise un de ses films les plus tranchants, et un de ses plus... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 mai 2017

L'Enfer (1994) de Claude Chabrol

En 1994, Chabrol reprend un scénario original d’Henri-Georges Clouzot. Ce dernier n’a pu achever 30 ans auparavant le tournage de ce film, avec Romy Schneider et Serge Reggiani, étant victime d’une crise cardiaque. L’enfer du titre c’est tout à la fois le cercle vicieux de la jalousie dans lequel s’enferme Paul Prieur (François Cluzet) mais aussi la vie tumultueuse qu’il finit par faire mener à sa compagne, Nelly (Emmanuelle Béart). Chabrol construit son intrigue avec la mécanique d’un film policier et l’on ressent constamment... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 février 2017

Le Boucher de Claude Chabrol - 1970

La province vue par Chabrol : tout un poème, vu et revu par son auteur, et qui trouve dans Le Boucher une de ses plus directes expressions. Nous voici dans un petit village anonyme, avec ses mariages où est invitée toute la population, ses commères, son école, son bistrot, et son boucher. Rien que de très normal a priori, et Chabrol filme les rues et la campagne de son décor en plans-séquences de toute beauté, enregistrant la tranquillité éternelle et l'aspect bon enfant de cette ruralité très réaliste. Mais tranquille, le village... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2012

Les Cousins de Claude Chabrol - 1959

C'est un scoop : il fut un temps où Chabrol faisait du cinéma. C'était le cas en 1959, période de ses débuts. Les Cousins est un brillant exercice de style sur la jeunesse branchée, qui est tout à fait dans la veine de ce qu'il fait aujourd'hui, mais le talent en plus. C'est qu'à cette époque, le père Chabrol se souciait de mise en scène, de discours, de subtilité : ses personnages sont ambigus et profonds, son sujet mystérieux et complexe, ses acteurs dirigés en maître. Il est bien sûr ici question de critique de la bourgeoisie.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 janvier 2011

Une Affaire de Femmes de Claude Chabrol - 1988

Le film est dédié à "tous ses interprètes", et franchement, c'est bien la moindre des choses que Chabrol pouvait faire pour remercier ses acteurs : ce sont eux et seulement eux qui font la qualité d'Une Affaire de Femmes. Tout le reste est bien poussif. C'est Huppert qui mène le bateau, et encore une fois avec une subtilité totale : à la fois énervante et attachante, elle construit un personnage tout en profondeur. Elle joue une "avorteuse" qui l'est devenue un peu par hasard, sans aucune conviction morale ou désir... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:22 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
18 décembre 2010

Les Biches de Claude Chabrol - 1968

Erotisme, domination, échange de personnalités sur fond de lutte des classes : Chabrol livre un de ses films les plus troublants, et de fait un de ses meilleurs. Il réussit à merveille à opacifier une trame qui, au premier abord, paraît simplissime, mais s'avère à la longue très riche et pleine de lectures possibles. Frédérique (Stéphane Audran géniale en bourgeoise malheureuse), aristocrate grand crin, capricieuse et superficielle, rencontre Why (Jacqueline Sassard, complètement troublante), jeune artiste de rue sans le sou.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 octobre 2010

Juste avant la Nuit de Claude Chabrol - 1971

Chabrol semble avoir relu son petit Dostoïevski illustré avant de s'atteler à ce film, et nous propose une variation attachante sur la culpabilité et le besoin d'être puni pour ses actes. Dans le rôle de notre Raskolnikov national, Michel Bouquet, idéal pour endosser ce personnage obscur et "banal" de petit bourgeois torturé par le remords : lors d'un jeu érotique assez trouble, il a étranglé sa maîtresse, qui se trouve être également la femme de son meilleur ami (François Perrier). Alors même que l'enquête piétine, que rien... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:41 - - Commentaires [9] - Permalien [#]