10 février 2021

Les Tricheurs de Marcel Carné - 1958

On n'attendait vraiment plus grand-chose de Marcel Carné, ses films classiques nous tombant un peu des yeux, ses films modernes nous mettant au bord de la gerbe. Eh bien il va encore falloir revoir notre jugement, parce que ces Tricheurs m'ont tout simplement cueilli. J'étais peut-être bien luné, je ne dis pas, mais ce film m'a semblé bien plus intelligent et moderne que ses reconstitutions à gros frais. En insufflant de la jeunesse dans son cinéma, Carné retrouve une sorte de second soufflé, et sert un portrait aussi désabusé que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:36 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
27 mai 2020

Les Portes de la Nuit de Marcel Carné - 1946

Carné voudrait bien que tout reprenne comme avant, une fois la guerre terminée : que la mode soit encore au réalisme poétique, qu'il retrouve son Jeannot Gabin, qu'il retrouve le succès des Visiteurs du soir et qu'il continue à prévertiser ses jolis scénarios remplis de bons mots. Comme si rien du tout n'avait changé, il filme au sortir des conflits ces Portes de la Nuit qui, dès le générique, annonce sa volonté de rester immuable : musique Joseph Kosma, décors Alexandre Trauner, scénario Jacques Prévert, photo Philippe Agostini,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 septembre 2019

Du Mouron pour les petits Oiseaux de Marcel Carné - 1963

J'ai beau lui redonner sa chance à intervalles réguliers, il va bien falloir reconnaître un jour que je n'aime pas Marcel Carné, à part ça et là quelques petites pépites (Le Jour se lève notamment). En tout cas, au vu de sa filmographie d'après-guerre, on ne peut que soupirer devant ce cinéma poussiéreux comme un vieux tricot de grand-mère resté au-dessus de l'armoire depuis sa mort en 32. On se rend vraiment compte que le gars, privé de ses joujoux fétiches (Gabin, Prévert, Trauner) a très peu de talent : que ce soit à la mise en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 novembre 2009

La Merveilleuse Visite de Marcel Carné - 1974

Comme je trouve que la plupart des films d'avant-guerre de Carné sont sur-estimés, je me suis dit comme ça que j'allais faire un tour dans ses oeuvres tardives, voir si des fois il n'y aurait pas quelques qualités dans ces films que tout le monde s'accorde à trouver nazes. Ah... ben non, c'est naze. La Merveilleuse Visite est le dernier film de son auteur, et comme souvent chez les cinéastes de cette époque, le chant du cygne correspond à peu près au pire de sa production. La thématique est relativement proche de celle des Visiteurs... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 septembre 2009

Juliette ou La Clef des Songes de Marcel Carné - 1950

Juliette ou La Clef des Songes rassemble en 90 minutes à peu près tout ce que le cinéma "vieille école française" a de pire, tout ce à quoi la Nouvelle Vague s'est salutairement opposée à l'époque. En ce sens, c'est un film intéressant, qui représente toute une époque, disons, et permettra dans quelques siècles de vérifier ce que le cinéma était devenu avant que Truffaut et Godard ne décident de faire table rase. Ce film n'est intéressant qu'à ce titre historique. Pour tout le reste, il est infâme. Même les talents... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2009

Le Jour se Lève de Marcel Carné - 1939

Dans mon lointain souvenir, Le Jour se Lève était le seul vrai bon film de Carné. Ce que je confirme aujourd'hui à la revoyure. Je ne sais pas ce qui s'est passé dans la vie de Marcel en cette année 1939, mais le bougre avait dû manger du metteur en scène au petit-déjeuner : il nous sert un film bouleversant, d'une noirceur totale, enfin ancré dans le monde et enfin pensé en termes de mise en scène. La plus grande partie du film est pourtant purement "carnéesque", c'est-à-dire assez fonctionnelle et dévouée à la trame.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 septembre 2009

Hôtel du Nord de Marcel Carné - 1938

On traite souvent Carné avec dédain dans ce blog, alors autant reconnaître également quand il réussit ses films. Hôtel du Nord est vraiment charmant, de ce bon vieux charme surrané qui gave la plupart du temps et qui ici fonctionne bien. Encore une fois, c'est presque contre Carné lui-même que le film se bat : on dirait que le gars tente par tous les moyens de couler son film, mais que tout lui résiste. Parce que côté mise en scène, c'est comme toujours d'une indigence rare. Ras le bol de ces films de studio bourgeois... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 juillet 2009

Les Visiteurs du Soir de Marcel Carné - 1942

Je sens que les Amis de Marcel Carné esquissent une grimace, tant leur idôle n'a pas tellement la côte habituellement dans les colonnes de Shangols. Eh bien, qu'ils se rassurent : Les Visiteurs du Soir fait partie des films du Marcel qui restent regardables aujourd'hui, et je dirais même que j'ai passé un fameux moment hors du temps avec cette fable d'un autre âge. Il est vrai que ce qui m'a plu ne faisait peut-être pas partie du cahier des charges de Carné, mais le fait est. Oui, parce que moi, je me suis bien marré en voyant Les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2009

Thérèse Raquin (1953) de Marcel Carné

Savourant l'effort de l'ami Gols à revoir certaines oeuvres de l'ami Marcel avec un intérêt relativement mou, je décidai de mettre la main à la pâte en me repenchant sur Thérèse Raquin (cela s'appelle faire preuve de solidarité). Le constat est amer, le film ayant la même dynamique qu'une chaise empaillée remisée dans un sous-sol. De la mise en scène plate comme un dessus de lit chez grand-mère (il doit y avoir des croix au sol pour que les acteurs restent plantés et permettent sans trop se prendre la tête les champs/contrechamps;... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
13 juin 2009

Le Quai des Brumes de Marcel Carné - 1938

C'est bien joli, ce Quai des Brumes, mais ça ne fait que confirmer une nouvelle fois la chose : Carné est désormais plus attachant par la nostalgie qui émane de ses films (l'effet "aaah le cinéma d'avant, quand même, on a beau dire...") que par les films eux-mêmes, souvent maladroits et assez plats. Ce serait méchant de parler comme ça de cette romance dramatique de belle facture, mais on ne peut s'empêcher de sourire gentiment aux tentatives de tragédie timidement proposées ici : Carné n'est pas un tragique, et jamais il ne... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]