11 avril 2014

L'Homme de la Rue (Meet John Doe) (1941) de Frank Capra

Ah si Capra pouvait être le président des Etats-Unis ou du Monde... Toujours le même souci des petites gens, toujours le même souci d'un bonheur que l'on ne peut atteindre qu'en restant libre, toujours le même souci, lorsque tout va mal, de garder une petite note d'espoir ("If it's worth dying for it, it's worth living for it !" - c'est po beau ça ?!!!!).Une journaliste sur le point d'être renvoyée écrit une lettre signée John Doe dans son propre journal : l'histoire d'un homme au chômage depuis quatre ans qui veut se suicider du haut... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 janvier 2014

Grande Dame d'un Jour (Lady for a Day) (1933) de Frank Capra

On sort le lourd sur Shangols avec quelques-uns des plus grands réalisateurs du XXème (cela laisse peu de marge, j'en conviens). Un petit Capra pour la route, ça fait toujours du bien, même si ce Lady for a Day est un peu cousu de fil blanc (Capra signera lui-même le remake, Pocketful of Miracles, 28 ans plus tard, son ultime film, jugé un peu poussif par mon coblogueur). Dans cette première version dont je rappelle la trame, il s'agit donc d'une bande de malfrats au grand coeur qui vont s'unir pour venir en aide à une vieille... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2013

La Vie est belle (It's a wonderful Life) de Frank Capra - 1946

Mon enfant intérieur me réclamait un film de Noël, voeu exaucé, petit. On y est en plein avec It's a wonderful Life, niaiserie sucrée à l'excès mais en même temps magnifique mélodrame qui vous laisse ruisselant de larmes, déification du modèle américain mais en même temps satire amère imprégnée de suicide et de crise financière, comédie enjouée mais en même temps drame assez poignant. Il y a tous les sentiments du monde dans ce film, des plus rébarbatifs (c'est mielleux et bien-pensant) aux plus précieux (c'est tout simplement... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 novembre 2013

La Course de Broadway Bill (Broadway Bill) de Frank Capra - 1934

Si on aime Capra pour son rythme, pour son optimisme parfois sucré, pour cette façon qu'il a de nous envelopper dans des couvertures chaudes pour mieux éveiller notre petit coeur aux beautés de l'humanité, on sera déçu par Broadway Bill. On est assez loin des comédies humaines qui suivront, et le film prend même des airs désenchantés qui flirtent avec la noirceur pure, malgré le (faux) happy end, malgré les apparences de comédie futile, malgré les personnages rigolos et les rebondissements. Notons d'abord que ce film est quand même... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 août 2013

La grande Muraille (The bitter Tea of General Yen) (1933) de Frank Capra

Il y a toujours un truc dans les films de Capra qui finit par vous cueillir. Il serait capable, le bougre, de vous montrer toute l’humanité qu’il y a dans une huître ou dans une loutre. Il part pourtant cette fois-ci plutôt de loin au niveau du romantisme : Barbara Stanwyck (je vais finir par avoir vu tous ses films grand Dieu) met les pieds en Chine (Shanghai, a vague personal souwenir…) alors en pleine guerre civile pour s’y marier. Son mari est un ami d’enfance, il est jeune, il est beau, il est bon : il lui demande... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
29 juillet 2011

Arsenic et vieilles Dentelles (Arsenic and old Lace) de Frank Capra - 1944

Remplacez Cary Grant par de Funès et Capra par Molinaro, et vous avez la plus inregardable des comédies de boulevard. Seulement voilà : c'est pas de Funès, c'est Cary Grant, et c'est pas Molinaro, c'est Capra ; on a donc droit à la plus pétillante merveille qu'on puisse imaginer. Fin de l'intro. Il y a pourtant 10300 défauts là-dedans : trop long, rempli d'idées inutiles (cette critique du mariage fait vraiment long feu), déséquilibré, très excessif dans le jeu des acteurs, et pour tout dire complètement privé de fond, Arsenic and... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 avril 2011

New-York Miami (It Happened one Night) de Frank Capra - 1934

  De l’amour, de l’humour, de l’action, de la tête d’affiche, du second rôle taquin, du phéromone par poignées, tout ça dans les 3m² d’un studio hollywoodien chauffé, franchement, que demander de plus ? C’est la magie de Capra, marque déposée, qui fait que le monde, subitement, vous apparaît plus compréhensible et la vie plus douce. Ce joyeux optimisme, cette douceur constante, cette absence totale du moindre fait grave dans cette histoire croquignolette, tout ça vous donne à espérer, pendant 2 heures, que tout va... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2011

[The ballad of] Fultah fisher's boarding house (1921) de Frank Capra

Premier court-métrage de Frank Capra (ah oui, en ce moment on est dans l'ultra-pointu) adapté d'un poème de Kipling. Atmosphère électrique que celle de ce troquet de marins, qui n'est pas sans rappeler d'ailleurs le décors et les personnages du Fièvre de Louis Delluc réalisé curieusement la même année. Le cinéaste nous présente en introduction (le film dure douze minutes et cela prend facilement un bon quart du film) toute une galerie de personnages, des marins divers , une poignées de Malais et la fameuse Anne d'Autriche véritable... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2011

La Blonde platine (Platinum Blonde) (1931) de Frank Capra

  Une screw-ball comedy relativement précoce signée du grand Capra qui bénéficie d'un trio d'acteurs "épatants" (faut savoir parfois varier ses adjectifs): Jean Harlow en petite bourgeoise sexy en diable - avec deux trois séquences pré code Hays chargées atomiquement, au niveau de l'érotisme (cette façon de tripoter les cravates, tout de même, so shocking...)) - une Loretta Young en girl next door absolument craquante, et surtout ce jeune acteur Robert Williams (il est mort juste après, forcément ça coupe une carrière...) qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2011

The Miracle Woman (1931) de Frank Capra

Barbara Stanwyck, seule, face à une foule réunie dans une église (une thématique de l'individu face à la foule qui de Ford à Lang en passant donc par Capra a connu ses heures de gloire), lui balance soudainement ses quatre vérités : pour effectuer ce sermon, elle a pris la place de son père qui devait faire, en ce jour, ses adieux, parce que celui-ci est mort (la raison se tient), fustigeant les gens qui voulaient le mettre dehors à cause de son âge, traitant dans la foulée d'hypocrite l'ensemble de l'assemblée - tous des pêcheurs... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2    Fin »