24 juillet 2014

Lancelot du Lac de Robert Bresson - 1974

Ca commence par des chevaliers qu'on décapite ou qu'on éventre, se poursuit avec une vibrante histoire d'amour impossible, s'enchaîne avec un tournoi sanglant, pour se terminer en règlements de comptes entre clans de chevaliers félons. Ca pourrait donc être facilement un bon vieux film hollywoodien à effets spéciaux avec Brad Pitt ; mais voilà, c'est du Bresson, autant dire que les écrans verts et les palettes graphiques ne sont pas de sortie. Tant mieux, dirais-je après avoir vu ces 80 minutes assez hallucinantes. On peut aisément... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2013

Au Hasard Balthazar de Robert Bresson - 1966

Je n'avais pas revu ce film depuis ma tendre jeunesse, et aujourd'hui je me demande comment je l'avais pris à l'époque. Au Hasard Balthazar a certes tous les aspects d'un film pour enfants, avec son joli âne et sa petite fille aimante, et pourtant il y a là-dedans un désabusement, voire un désespoir vraiment prégnant. Non, je ne le conseillerai pas à mon petit neveu. On suit les mésaventures de Balthazar, âne sympa qui va passer de maître en maître tout au long de sa laborieuse existence : d'abord recueilli par une enfant en fleurs,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 juin 2013

Quatre nuits d'un Rêveur (1971) de Robert Bresson

Voilà le seul film de Bresson que je n’avais jamais vu… J’aurais pu honnêtement continuer d’en rêver.  Bresson adapte Dostoïevski et nous conte cette histoire de ces (faux) amants du Pont-Neuf avec une morgue toute… bressonienne. Jeunes acteurs éminemment atones (la fille qui me dit « je t’aime » sur le même ton, je crois que je lui colle une baffe juste pour savoir si elle ne dit pas cela sous le coup d’un lavage de cerveau), personnages aussi souriants et heureux de vivre qu’une tuile, dialogues aussi vivants qu’un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2013

Une Femme douce (1969) de Robert Bresson

Toujours su que Dominique Sanda était une femme douce. Mais là, en plus, on est dans l’univers de Bresson, l’homme au montage prompt et à la parole parcimonieuse. Elle est douce. Et sans le sou. Elle rencontre un prêteur. Sur gages. Echange d’argent bressonnien. Echange de mots. Echange de bague. Il l’accueille chez lui. Ils font l’amour. Ils sont gais. Ca va vite. La formule 1 défile à la télé. Après l’embellie, rapidement, les premiers nuages. Elle est un peu comme un oiseau dans une cage. Elle lit. Ecoute de la musique. Est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2009

L'Argent (1983) de Robert Bresson

Lors de mon passage en Malaisie j'avais déjà commis quelques articles pour le ciné-club de l'Alliance française. Retombant sur le texte - et ayant un peu la flemme, il faut bien le dire, après avoir revu le film, de réécrire quelque chose, en voilà grosso-modo la teneur. Je m'excuse au préalable auprès de nos douze fidèles lecteurs pour les jeux de mots foireux, mais ne nous renions point... Nan, ren de ren, je ne regrette ren... hum, po sûr... Le leurre et l’argent du leurre “O Argent, Dieu visible...” A la suite d’une histoire... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 septembre 2008

Affaires publiques (1934) de Robert Bresson

Premier- et seul - court-métrage de Robert Bresson qui se prend... pour les Marx Brothers. Ah ben ouais, si on vous avait dit un jour qu'il y avait des donzelles des Folies Bergères qui montreraient leurs gambettes, des flonflons populaires et des gags visuels dans un film de Bresson, est-ce que vous l'auriez cru ?... Non, hein, ben pareil. Ah c'est vraiment une découverte que cette histoire où la fille du roi de Miremie s'envole de son pays pour chercher un mari et débarque lors d'une journée festive en Crogandie; cette journée sera... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 septembre 2008

Les Anges du péché (1943) de Robert Bresson

Premier long-métrage du Père Bresson qui nous convie à pénétrer dans la vie d'un couvent : je vous vois venir d'ici et vous préviens tout de suite, non, il n'y a pas de cascades. D'ailleurs, la mise en scène est également relativement "effacée", disons sobre, Bresson se permettant tout au plus quelques contre-plongées pour mettre en avant son héroïne lors d'instants clés. Le jeu des comédiennes, Renée Faure en tête (la gouaille parisienne de Jany Holt, par contre, ferait passer Edith Piaf pour une bourbonnaise) est particulièrement... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 septembre 2008

Le Diable probablement (1977) de Robert Bresson

Indéniablement austère et pas d'une gaieté follichonne, on peut se demander si Le Diable probablement n'est point le film le plus désespéré de son auteur. Curieusement encore et toujours en phase avec notre monde actuel - comment ça, on polluait déjà il y a trente ans et on a rien fait depuis, c'est franchement abusé... - ce discours de fond n'est peut-être finalement pas celui qui prévaut dans cette histoire. Ce pauvre Antoine Monnier -qu'on a jamais revu depuis, sans doute pas plus mal- erre dans Paris et souffre de sa lucidité.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2008

Procès de Jeanne d'Arc de Robert Bresson - 1962

Bresson, c'est bien connu, ne rigole que quand il se brûle, et avec Jeanne d'Arc il semble bien avoir trouvé son sujet en or, puisque la donzelle n'est pas ce qu'on appelle une gironde coquine. S'appuyant uniquement sur des faits historiques avérés (documents d'époque, minute du procès), Procès de Jeanne d'Arc est sec comme du petit bois de bûcher, spartiate comme la cellule de la pucelle, et malgré tout assez émouvant. La rigueur de la mise en scène, alliée à ce "jeu blanc" qui a fait la réputation de Bresson, finissent par former... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 août 2008

Mouchette (1967) de Robert Bresson

On ne peut point dire que ce soit la fête du slip à tous les étages que ce portrait de cette pauvre Mouchette qui a de faux airs de Charlotte Gainsbourg adolescente. Malmenée du début à la fin, cette "mal-apprise" a bien du mal à trouver une once de satisfaction dans ce petit village; "Je les hais tous" pourrait être son leitmotiv, chez celle qui subit à la fois toutes les brimades et se méfie tout autant des bonnes intentions à son égard. Du Bresson au cordeau, qui montre sans jamais démontrer, une oeuvre sèche qui nous plonge... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


  1  2    Fin »