15 juin 2011

The Brasher Doubloon (1947) de John Brahm

On est sûrement un ton en-dessous, par rapport à The Lodger, Hangover Square ou The Locket (qui ressort aujourd'hui en France), mais cette version des aventures de Phillip Marlowe (adaptée de The High Window de Chandler - pas vu encore l'adaptation de Leeds, Time to Kill, qui date de 1942) demeure totalement "réjouissante". Robert Montgomery incarne le célèbre privé, et même s'il n'a pas un charisme de folaille (on a un peu peur qu'il vole en l'air en cas de fight), ses petits airs finauds et son petit sourire de dragueur rusé... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 05:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2011

Le Médaillon (The Locket) (1946) de John Brahm

Bien bel exemple de complexité narrative (le flash-back dans le flash-back du flash-back, toujours un plaisir) pour rendre compte des différentes "couches" (actes conscients et inconscients) d'un cerveau. On est dans le freudisme cinématographique pur avec cette femme, Nancy (excellente Larraine Day aussi crédible en ingénue qu'en femme "responsable") littéralement enfermée / "locked" (la relation avec le titre s'impose) dans son passé, et ce bien qu'elle s'en défende. Kleptomane voire tueuse au besoin (un petit degré de gravité en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2011

Hangover Square (1945) de John Brahm

Dur destin que celui de ce bon Laird Cregar. Alors que je venais tout juste de faire sa connaissance et notais son impressionnante perte de poids d'une année sur l'autre - Hangover Square ayant été réalisé un an après The Lodger  (il a perdu en route pas moins de 50 kg, le bougre, en ayant marre d'être cantonné au rôle de type mastoc), j'apprenais dans la foulée que cette excellente oeuvre de John Brahm fut sa dernière (il est mort à 31 ans, diable) : son régime s'est en effet révélé fatal (Mediator? Nan). Cette histoire me... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2011

Jack l’Eventreur (The Lodger) (1944) de John Brahm

Tout commence sous les meilleurs auspices avec ces petites rues londoniennes envahies par le brouillard, ces flaques d'eau disséminées ça et là, ces cohortes de policemen anglais à pied ou à cheval, et ces citoyens armés prêts à bondir au moindre cri : ils quadrillent la ville, mais on sent bien que le Jack va commettre un nouveau crime et leur filer entre les doigts comme une ombre mouvante... Tiens, je l'avais justement parié. On fait la connaissance alors de la grande attraction du film, ce fameux "lodger" incarné par... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1