30 janvier 2021

The Making of Fanny and Alexander (Dokument Fanny och Alexander) (1984) de Ingmar Bergman

Quel plaisir de voir Ingmar Bergman et Sven Nikvist au travail et qui plus est pour l'une de leurs oeuvres communes au tournage fleuve (sept mois) les plus géniales. Bergman, la veille du tournage, le dit franco à ses acteurs : désormais, ce texte qu'il a écrit, ne lui appartient plus, aux acteurs de le porter. Bergman quitte en quelque sorte sa casquette d'écrivain pour celle (et ce n'est pas une simple formule) de metteur en scène et de cinéaste (les deux ont leur importance) : omniprésent auprès des acteurs pour faire une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2020

Spöksonaten (2000) de Ingmar Bergman

On termine cette odyssée Bergman avec cette adaptation (il en existe une autre version datée de 1973) de la pièce de Strindberg délicieusement intitulée La Sonate des Spectres. Un étudiant, passé de l'autre côté du miroir (mort en sauvant un enfant alors qu'une maison s'écroulait, cauchemardant, rêvant les yeux ouverts ?...), fait la connaissance d'un vieil homme sur une chaise roulante. Ce dernier, mystérieux, tente de gagner sa confiance en faisant des "révélations" sur le père d'icelui - le jeune homme serait redevable... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mai 2020

Sista skriket (1995) de Ingmar Bergman

Après un petit retour sur l'âge d'or du cinéma suédois (1916-20... ah ben oui, trop tard), sur le réalisateur stakhanoviste Georg af Klerker (26 films en 18 mois) et sur les trois grands noms de l'époque (les réals Stiller, Sjöström et le producteur Magnusson), nous voilà en contexte pour assister à cette confrontation (imaginaire) entre Magnusson et Georg af Klerker, celui-là ayant mis fin à la carrière de celui-ci. Le ton, pourrait-on dire, est à la tragi-comédie : af (tes souhaits) Klerker rentre sur "scène" avec un nez rouge,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mai 2020

Les Bacchantes (Backanterna) d'Ingmar Bergman - 1993

Ah là ça fait moins les marioles avec les subtilités du vers moliéresque ou les infimes variations du coeur ibseniennes. Là, on est dans Euripide, il s'agit donc d'être surpuissant et de ne pas s'embarrasser de psychologie. Eh bien, Bergman, même dans cet exercice a priori éloigné de ses inspirations, se montre une fois de plus l'homme de la situation. Il s'empare des Bacchantes en leur conférant les thèmes qui lui sont chers, notamment ceux concernant le féminisme. Pas de représentation filmée cette fois-ci, pas de public ou de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mai 2020

Les deux Bienheureux (De Två saliga) (1986) de Ingmar Bergman

Une oeuvre pour le moins teintée au noir par l'ami Bergman pas vraiment dans une phase de joie brute. L'amour peut-il tout conquérir ? A voir nos "bienheureux", on a juste l'impression que c'est surtout la parano qui est plus fort que tout... Viveka et Sune se rencontrent sur le tard, dans une église. Après sept ans de mariage, on sent déjà quelques failles, pour ne pas dire quelques fêlures, dans le mental de cette chère Viveka : jalouse d'une façon absurde, cette femme d'une cinquantaine d'années ne semble pas vraiment non plus... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2020

Le Misanthrope (Misantropen) d'Ingmar Bergman - 1974

Les mises en scène théâtrales de Bergman ne brillent pas par leur audace, et on y cherchera en vain le goût pour l'expérimentation qui marqua certains de ses films pour le cinéma. Mais tout de même : quand on voit un travail de la qualité de ce Misanthrope, on ne peut que constater que le bon maître suédois est doué d'une redoutable intelligence quand il s'agit de relever la moindre nuance des textes classiques. Tout est d'un classicisme total dans cette version de la pièce de Molière : costumes grand crin d'époque, entrées et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:11 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
21 avril 2020

Scènes de la Vie conjugale (Scener ur ett äktenskap) d'Ingmar Bergman - 1973

Je ne dis pas que vos relations avec votre conjoint seront beaucoup plus positives après vision de Scènes de la Vie conjugale, mais vous aurez au moins assisté à un grand film définitif sur le couple, ce qui sera déjà ça de pris. 20 ans de la vie maritale de Marianne et Johan scrutés au scalpel par un Bergman tour à tour cynique, désespéré, puis tendre et humaniste, ça valait bien ces quelques 2h45 de métrage entièrement occupées par des dialogues, cette forme assez ardue et épurée, et ces plages d'ennui parfois qui alternent avec... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2020

La Marquise de Sade (Markisinnan de Sade) (1992) de Ingmar Bergman

Bergman adapte Mishima et j’aime autant vous prévenir que les occasions de rigoler seront rares. Nous voici tout bonnement devant une adaptation théâtrale pour la télé de femmes entre elles. Si le divin Marquis, par ses écrits et par ses parties fines, fait beaucoup parler de lui, c’est bien les femmes qui, ici, tiennent le haut du pavé. Il y a la mère, un peu coincée et revancharde (mais on verra qu’elle évoluera, quand la situation changera – la pièce se déroule sur 18 ans, s’achevant en 1790 – les aristos la jouent profil bas…),... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2020

Rabies (1958) de Ingmar Bergman

Quel sacré rigolo tout de même que cet Ingmar ! L'homme est une plaie pour l'homme, c'est un peu la morale de cette histoire qui a de lointains airs avec Mon Oncle d'Amérique : un docteur (Max Von Sydow) introduit son étude ; il va s'agir en six saynètes de montrer quelques "scènes de la vie humaine" ; six scènes plutôt parlantes sur ce besoin de l'être de faire chier son alter. On commence avec une petite sauterie entre un vieux garçon et la bonne : ils couchent ensemble depuis des lustres, personne n'est dupe à la casa et notre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2020

Le Songe (Ett Drömspel) (1963) de Ingmar Bergman

Ah oui j'avoue que cette semaine, dès le matin, j'attaque avec du lourd... Bergman adapte Strindberg à la télévision en ce début des années 60. Strindberg, ce boute-en-train qui transpirait la joie de vivre. Enfin, non, pas vraiment. L'idée de départ est assez amusante (et on s'arrêtera là au niveau du rire) avec cette idée de construire un récit comme un songe (on pourrait citer alors Buñuel mais on ne le fera pas) : cette idée permettra de passer d'une scène à l'autre, d'un personnage à un autre, d'un décor à un autre, d’un temps... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]