25 janvier 2009

Le Trou de Jacques Becker - 1960

Dans le monde du cinéma français vieille école, il y a comme ça des films fondamentaux. Toujours eu beaucoup d'admiration pour Becker, lui reconnaissant d'avoir planté les bases de le Nouvelle Vague, mais avec Le Trou, il pulvérise tout ce qu'on pouvait attendre du cinoche de papa de l'époque : c'est un chef-d'oeuvre renversant d'audace, qui n'a pas pris l'ombre d'une ride en 50 ans, et qui pourrait en remontrer à n'importe quel tenancier de la modernité actuel. C'est pourtant un sujet éminemment "à l'ancienne" :... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:54 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

07 septembre 2007

Falbalas (1945) de Jacques Becker

Encore et toujours un trio amoureux avec la Micheline Presle à la pointe du triangle isocèle. Que dire de plus sinon que cela se passe dans les milieux de la mode parisienne (Rochas, ouais - à part la première robe "imitation coq" qui passerait sûrement très bien dans les tribunes du match France-Argentine de ce soir mais qui dans le film est d'un ridicule évident) et que le Raymond Rouleau (qui a surtout une tête à jouer Tintin, un Tintin pas sympa) se fera bourreau avant d'être la victime. Et oui parce que quand l'on se... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mars 2006

Rendez-vous de Juillet (1949) de Jacques Becker

Ce qui est le plus étonnant dans ce film de 1949 c'est qu'il n'a pas vieilli (moins que l'affiche en tout cas). Comme le dit la bande annonce d'une voix cruciale et qui fout les boules "portrait de la jeunesse méconnue et décriée" dans des "temps âpres et difficiles", Rendez vous de Juillet est avant tout la volonté de montrer "nos amis les jeunes" de l'époque. Et l'on pense aux Cousins, non pas tant, au final, dans le fond car ici on est en pleine bourre optimiste (Daniel Gelin, le héros, passe quand... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 mars 2006

Goupi Mains Rouges (1943) de Jacques Becker

Drame policier familial campagnard, Goupi Mains Rouges fleure bon le sympathique vieux cinéma de chez nous, avec une intrigue pas piquée des hannetons, des premiers et des seconds rôles en veux-tu en voilà, des dialogues finement ciselés qui rappellent mon enfance ("J'va changer d'stratégie" "Où vont-y?" - c'est pour ça que des fois je fais des fautes) et des changements d'angles de caméra super (moi aussi je peux parler technique si je veux). Dans la famille Goupi, il y a Goupi-L'Empereur, 106 ans, qui ne jure... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1