17 mai 2013

Après Mai d'Olivier Assayas - 2012

Le cinéaste de la jeunesse enragée est devenu le cinéaste de la jeunesse désabusée, et on y perd au change. Après Mai est certes maîtrisé, mais il y manque la fièvre, l'urgence, cette énergie électrique que le gars Assayas avait su trouver avec force dans L'Eau Froide ou Désordre. Cérébral, vidé, sans émotion, allangui, presque déprimé, ce film-là dresse un constat vraiment trop glacial de la perte des idéaux, et échoue même à la transmettre réellement. Trop ppréoccupé par sa reconstitution appliquée des années 70, trop empêtré dans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 janvier 2011

Carlos d'Olivier Assayas - 2010

C'est assez étrange de voir que c'est justement dans son film le plus ambitieux qu'Assayas manque le plus de style. Comme si l'ampleur du sujet, les difficultés de la reconstitution, la longueur du métrage (j'ai vu la version longue, 5h20, diable), les pincettes qu'il faut nécessairement prendre quand on aborde la biographie pleine d'ombres d'un terroriste (encore vivant, de surcroît), tout cela avait freiné Assayas, et l'avait contraint à cette forme assez passe-partout, très honnête certes, mais sans marque. A part quelques... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mars 2010

Fin août, Début septembre d'Olivier Assayas - 1998

Assayas est décidément très bon dans la simple chronique, dans le portrait de groupe, et je suis même pas loin de penser qu'il trouve encore plus de contemporanéité dans ses oeuvres-là que dans ses films "techno". Fin août, Début septembre est une petite merveille, pas encore débarrassé des tics formels du sieur hérités des années 90, mais parfait dans ce qu'il montre du rapport entre humains, et très moderne dans sa façon de regarder ces êtres. Quatre ou cinq personnages, pas plus, simples gens d'aujourd'hui qui vivent,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 juin 2009

Irma Vep d'Olivier Assayas - 1996

Voilà un film très attachant qui prouve s'il était nécessaire la grande sensibilité du père Assayas. On a pu lui reprocher ça et là de ne pas savoir bien doser ses élans de modernité, de livrer des films trop "volontairement" contemporains : c'est pourtant tout ce qui fait la force d'Irma Vep, mélange d'hommage très modeste au cinéma des origines et de sensibilité rock du meilleur effet. Le film est à cheval sur deux tendances : celle de s'inscrire dans une tradition du cinéma, en l'occurence celle de Feuillade et de ses... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 décembre 2008

L'Heure d'été d'Olivier Assayas - 2008

Au générique, on apprend que L'Heure d'été a été coproduit par le Musée d'Orsay, et en effet quel plus beau cadeau pouvait-on faire à un musée que ce magnifique essai sur la transmission, sur la culture, sur l'oeuvre d'art au temps de la mondialisation, et sur le difficile apprentissage du regard ? Voilà longtemps qu'Assayas ne m'avait autant ému : son film est subtil, d'une grande intelligence, profond, hyper-sensible, le tout emballé dans un écrin esthétique sublime. Il est question là-dedans d'une cellule familiale grand crin,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 mars 2008

Boarding Gate (2007) d'Olivier Assayas

Qu'il me fut difficile de rentrer dans ce film... Si Assayas semble brouiller volontairement les pistes dans cette errance qui nous fait suivre Asia Argento d'un lieu de transit - une zone portuaire - à Hong-Kong, il nous laisse du même coup peu d'occasion pour s'attacher à ses personnages. Si la plupart des intrigues trouvent une justification après coup (assassiner son ancien amant faisait parti d'un contrat passé avec son nouveau boss), la présence de mafieux à son arrivée à Hong-Kong reste particulièrement floue, et le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2007

Les Destinées sentimentales d'Olivier Assayas - 2000

On est un peu embêté par Les Destinées sentimentales, un peu comme si Assayas s'était payé un jouet certes flamboyant, mais qui ne lui convient pas personnellement. Nulle trace ici, et c'est bien dommage, des fulgurances modernes de Irma Vep, de Clean ou de Demonlover. Le film en costumes ne semble pas être tout à fait sa tasse de thé, et le cinéaste français le plus contemporain, le plus audacieux et le plus "labo" du moment se perd un peu dans ces robes à frou-frou, cette musique XIXème et ces grands sentiments rétro. Le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1