18 octobre 2010

Il importe d'être constant (The Importance of Being Earnest) (1952) d'Anthony Asquith

My Gosh, ce que j'ai pu m'ennuyer devant ce vaudeville théâtralisé à mort - même si le film commence avec un lever de rideau et qu'on joue à fond la carte de l'excès dans l'interprétation, cela devient très très rapidement unbearable. J'ai rien contre le cinéma anglais en particulier, mais... mouais, enfin si peut-être, en fait... Passés les quelques aphorismes du sieur Oscar Wilde qui n'est jamais le dernier dans la petite répartie spirituelle et amoureuse ("On divorce au paradis, on se marie..."), on se demande bien ce... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2007

L'Ombre d'un Homme (The Browning Version) (1951) d'Anthony Asquith

Ce qui surprend de premier abord, c'est qu'au bout d'une heure on se dit, "Bon, ok mais c'est quoi l'intrigue? Qui va être assassiné?"... Ben en fait non, justement, tout le don du réalisateur anglais est de ne s'intéresser qu'à ses personnages, sans avoir besoin d'aucun fil narratif pour tenir les spectateur en haleine; et ça c'est quand même po commun et assez fort de café, de thé plutôt. Le personnage principal, Crocker-Harris dit le Croc pour ses étudiants, voire Himmler pour ses collègues (...) (Michael Redgrave, énorme) est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
  1