11 novembre 2014

White Bird (White bird in a blizzard) (2014) de Gregg Araki

Certes, je n’ai jamais été un grand fan de Gregg Araki. Et ce n’est pas avec ce film que je vais le devenir. Il adapte le bouquin de Kasischke comme un livre d’images… Il en garde la trame, en perd la substantifique moelle, la finesse, la profondeur. L’un de nos commentateurs vénérés disait il y a peu qu’il ne sert à rien de comparer un livre avec son adaptation. Je ne suis pas d’accord. Certains réalisateurs s’en sortent avec grandeur, d’autres se ramassent et ce pour de multiples raisons qu’il n’est jamais inutile de chercher à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:43 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

27 février 2011

Kaboom de Gregg Araki - 2010

Est-ce qu'on aurait pas droit là à un des meilleurs Araki tout simplement ? Le compère a pu agacer par le passé avec ses films superficiels et légèrement crétins ; il se montre avec Kaboom beaucoup plus intelligent que prévu, et c'est pas dommage. A priori pourtant, rien de bien malin là-dedans : un teenage movie clasique, avec blonds baraqués et surfeurs, histoires de cul à outrance, recherche d'identité sexuelle et coups d'un soir à la clé. La veine artificielle et légère d'Araki est de ce côté-là entièrement respectée, on a... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
20 mai 2008

Smiley Face de Gregg Araki - 2008

Cette fois, c'est raté. A force de s'amuser avec les icônes flashy de notre bonne vieille société contemporaine, Araki tombe dans la légèreté toc la plus complète. Il veut nous montrer un film délicieusement pop, mais n'en garde que la superficialité. Smiley Face manque gravement de courage, ce qui est bien dommage chez un auteur pourtant souvent audacieux. L'histoire : une journée infernale vécue par une jeune nana défoncée, qui va de catastrophe en catastrophe. Araki nous montre le monde vu à travers ses yeux, c'est-à-dire... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2008

Nowhere de Gregg Araki - 1997

On ne peut pas dire que Araki y aille de main morte quand il s'agit de faire du style. Nowhere est une énorme patisserie colorée et bruyante, le genre de film qui pourrait gaver en moins de deux, et qui a bien failli le faire avec moi. Dans les premières minutes, on est agacé par ce "sur-style", par cette façon trop voyante de se mettre en avant, d'évacuer les personnages et la trame au second plan pour briller : un montage hyper-saccadé et parfois maladroit, un aspect "trop produit" de chaque élément (sons, voix,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juillet 2007

Mysterious Skin de Gregg Araki - 2004

Voilà un pur trésor qui redonne confiance dans l'existence d'un cinéma américain "narratif" intelligent. On en vient même à douter de la nationalité de ce film : qui sait aux Etats-Unis, filmer avec cette subtilité et cette pudeur, surtout dans le champ du ciné indépendant qui nous assène toujours la même esthétique, et toujours la même fausse sensibilité (voir The Squid and the Whale par exemple) ? Araki est pourtant bien dans la lignée de quelques-uns de ses glorieux prédecesseurs, disons entre Larry Clark (mais sans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


  1