08 mars 2006

Eureka (Yûreka) de Shinji Aoyama - 2000

Shinji Aoyama peut taper la bise à Kitano et à Wenders, voire leur doit une sacrée caresse buccale. De Kitano, il a les personnages mutiques, l'économie dans la narration, l'énigmatisme (page 843 du Petit Larousse), le monde dépeuplé, la métaphysique desespérée, la musique. De Wenders (je parle des premiers Wenders, pas des clips de mode) la façon ample de filmer, le rythme, la passion des enfants et des paumés. Au début d'Eureka, on craint de tomber sur le énième petit malin : un noir et blanc hyper-supra travaillé (c'est pas un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

  1