23 décembre 2010

Liverpool de Lisandro Alonso - 2008

On est étonné par les premières images de Liverpool, pour peu qu'on connaisse un peu l'univers d'Alonso : un long générique rock'n roll, puis une première scène où un groupe de jeunes joue à la Playstation. On se dit que Alonso met un pied en modernité, sort un peu de sa jungle pour aller se frotter à quelque chose de plus urbain, de plus "moderne". Mais très vite, c'est le retour en terrain connu ; après ce premier plan déconnecté du reste (et qui va constituer, puique les jeunes jouent à un jeu de foot, presque la seule... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2010

Fantasma de Lisandro Alonso - 2006

Au vu de ce troisième film d'Alonso, on est en droit de se demander si le gars ne serait pas par hasard un imposteur. On aimait la lenteur hypnotique (et austère) de La Libertad et Los Muertos, parce qu'elle semblait portée par une vraie vision, un vrai monde intérieur ; elle se transforme avec Fantasma en tic de style très soûlant, qui n'obéit plus à aucune nécessité et devient une simple posture vaine et crâneuse. La ville réussit beaucoup moins à Alonso que la jungle et la pampa. C'est pourtant au sein d'un immeuble moderne,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2010

Los Muertos de Lisandro Alonso - 2003

Pas simple pas simple de mettre des mots sur ce film, on ne sit pas trop lesquels choisir pour faire part de l'expérience de la chose : certains choisiront les moins avenants ("chiant", "vide", "intello-nombriliste"), d'autres, dont je suis, préfèreront les plus bienveillants : "intéressant", "radical", "sensoriel"... A vous de voir, mais autant vous prévenir que Los Muertos ferait passer Oncle Boonmee pour un film de Patrice Leconte. Un homme sort de prison après de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2010

La Libertad de Lisandro Alonso - 2001

Je vous promets pas la fête de la choucroute de Morlaix si vous poussez ce dvd dans votre lecteur, mais je peux au moins vous promettre un moment radical comme on les aime quand on est bien en forme et ouvert à tout. Avec ce premier film, Alonso faisait déjà preuve d'une audace et d'une personnalité bien en place : la rigueur, l'absence de concession, la sûreté de soi, "l'honnêteté" même pourrait-on dire, sont les mots d'ordre de La Libertad. Le film est à ranger dans la catégorie (qui commence déjà à accuser des signes... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1