06 octobre 2017

Broadway Danny Rose (1984) de Woody Allen

Bon, j'admets, c'est peut-être pas le Woody Allen le plus captivant, l'histoire d'un loser qui s'occupe de losers, mais il y a au moins dans le fond, derrière toute la causticité, un vrai amour pour ces seconds couteaux du monde artistique. Bien que la trame va jusqu'à inclure un flash-back dans le flash-back (un comique raconte une aventure, la "meilleure" aventure de cet imprésario, Danny Rose (notre Woody) et évoque, dans son récit, un épisode antérieur - le meilleur poulain du Danny qui tramait de le quitter juste avant de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2017

Crisis in six Scenes de Woody Allen - 2016

On a lu un peu partout, et Woody lui-même l'a dit, que ce Crisis in six Scenes était une catastrophe, que le gars n'avait rien compris aux recettes d'une série, qu'il fallait oublier ce truc, etc. Heureusement que Shangols est là pour rétablir quelques vérités : voilà un excellent Woody Allen. Franchement, où peut-on trouver un tel humour, une telle fantaisie, attachés à une telle modestie, dans le cinéma et dans la série actuels ? Nulle part, je ne vous le fais pas dire. Woody nous pond un de ces petits trucs sans façon qu'il nous... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mai 2016

Café Society de Woody Allen - 2016

Woody pédale dans le vide avec cette oeuvrette très mineure, peut-être la plus insipide qu'il ait produite depuis ses fatigants voyages européens. Dans les premières minutes, on se dit pourtant qu'on va avoir droit à un joli film en pantoufles comme on les aime chez notre Woody : une voix off élégante, un très beau travelling sur une villa hollywoodienne grand crin superbement éclairée, quelques figures croustillantes et dépeintes avec juste ce qu'il faut de cruauté : on est bien. Même le montage très découpé, cette façon de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
29 décembre 2015

L'Homme irrationnel (Irrational Man) de Woody Allen - 2015

Excellent moment encore une fois que celui passé en compagnie de Woody et de ses obsessions habituelles (en gros, présence ou non de Dieu, libre arbitre, culpabilité, etc), d'autant que celui-ci est un de ses plus réussis depuis longtemps au niveau formel. Le grand Darius Khondji, à la photo, habille d'élégance cette farce macabre qui cache sous le clinquant de sa mise en scène quelques tourments bien sombres. On sait que Woody aime jouer sur la frontière entre comédie et drame ; on y est en plein ici, puisque le film, même privé de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
07 novembre 2014

Magic in the Moonlight de Woody Allen - 2014

Les voyages exotiques en Europe que se paye Woody depuis quelques films ne sont peut-être là, finalement, que pour cacher une profonde dépression. Jadis, le gars savait transformer son anxiété métaphysique en comédies pétillantes ; avec Magic in the Moonlight, on voit ce qu'il est advenu du système Woody aujourd'hui : malgré les ors des décors et la légèreté des trames, on voit poindre quelque chose de beaucoup plus grave qu'auparavant, une sorte de peur de la mort, de désabusement complet sur l'Humanité, beaucoup plus sérieux que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 août 2014

Men of Crisis : The Harvey Wallinger Story (1971) de Woddy Allen

Tout tout tout vous saurez tout sur le Woody - quant on parle d'intégrale à Shangols, on n'est pas des demi-molles - avec cette très sympathique pochade du gars Allen qui fut, vous ne le savez peut-être pas et maintenant vous le saurez, l'un des conseillers principal de Nixon, un homme de l'ombre comme on dit. 26 petites minutes de montage où l'on retrouve Woody interrogeant des personnalités lors du procès du McCarthisme, photographié aux côtés de Nixon ou encore donnant son avis sur des sujets aussi politiques que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2014

Blue Jasmine de Woody Allen - 2013

C'est bien à un petit miracle qu'on a droit en cette noble année : la cuvée 2013 de Woody est un grand film, adjectif que je ne lui avais pas collé depuis Celebrity. Oui, Blue Jasmine est de ce niveau-là, du haut niveau des "films en miroir" de Woody : Maudite Aphrodite, Hannah et ses Soeurs, Crimes et Délits, ... Comme dans ces chefs-d'oeuvre, on est sans cesse entre comédie raffinée et drame profond, entre rires et larmes quoi, grâce à cet habile tricotage entre deux mondes, entre deux atmosphères. Comme souvent chez Woody, on a... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 novembre 2012

To Rome with Love de Woody Allen - 2012

Charmante et mineure, c'est bien tout ce qu'on peut dire de la filmographie de Woody depuis une vingtaine d'années, et To Rome with Love, c'est ça aussi : charmant et mineur. C'est même peut-être un tout petit peu plus charmant et un tout petit peu moins mineur qu'à l'ordinaire, parce que le film est très élégant, doucement mélancolique et parfois presque profond, qu'on y retrouve Woody en acteur après des années d'absence, qu'il y a Ellen Page et "Volare" en bande-son, et que le charme tout en modestie de papy Allen s'y montre dans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
17 octobre 2011

Minuit à Paris (Midnight in Paris) de Woody Allen - 2011

  Ça fait des années qu’on dit que Woody Allen, c’était mieux avant ; il était temps que le gars riposte. Et au lieu de riposter par un film moderne et novateur, il riposte avec la plus simple des armes : faire le même film que d’habitude, mais poussé jusque dans ses retranchements, faire une sorte de « Woody ++ », utiliser tous les clichés non seulement de son décor (Parisse, Grosse Parisse) mais de son propre cinéma. On reconnaît très exactement chaque plan de Midnight in Paris, on sait exactement quel va... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
29 août 2011

Tout le Monde dit I love you (Everyone Says I Love You) (1996) de Woody Allen

Je devais vraiment être dans une petite forme la première fois que j'ai découvert cet opus allénien... En le revoyant hier soir, j'ai été plié du début à la fin et charmé par ces nombreuses petites amourettes qui sillonnent le récit. Allen s'attaque à la fois au film choral et musical et c'est vrai que parfois cela part un peu dans tous les sens : au niveau chorégraphique (à l'hôpital) ou scénaristique (on ne cesse de tanguer d'un personnage à l'autre, Drew Barrymore, puis Woody, puis Gaby Hoffman (sa fille) puis Natalie Portman... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:34 - - Commentaires [60] - Permalien [#]