vlcsnap-2022-12-03-13h59m21s125

C'est toujours un peu la même rengaine avec l'amie Claire Denis : parfois je marche à 100 % (White Material, voire Vendredi soir), parfois cela me laisse absolument pantois (ne pas marcher à 100% à Trouble everyday c'est bêta)... C'est malheureusement sur ce sentiment-là que me laisse ce dernier opus de la cinéaste. Et pourtant, pourtant, je dois reconnaître qu'elle a encore et toujours quelque chose de spécial pour créer une ambiance, une atmosphère délétère, pour fabriquer des personnages intrigants, complexes, imprévisibles, opaques... unfortunately, passées ces premières impressions, les bonnes intentions se délitent au fil du film et on ne tarde pas, à mesure que les mystères s’épaississent, à trouver le temps particulièrement long ; l'intérêt du film, quant à lui, devenant de plus en plus futile... On suit donc ici une journaliste peu farouche (Margaret Qualley as Trish qui m'a fait étrangement penser tout du long à une certaine Andy McDowell - renseignement pris, c'est guère étonnant, c'est sa fille...), lâchée rapidement par son employeur et qui va devoir faire face, avec ses atouts, à une situation pour le moins tendue... On est dans un pays d'Amérique centrale sous tension, en période d'élection et sous menace de Covid... Autant dire que l'atmosphère est irrespirable : ajoutez à cela des flics locaux un rien brutaux, des flics costa-ricains torves, et on a une idée de l'ambiance pas très rassurante qui règne dans cette ville en partie désertée par ses habitants... Trish, à un bar, un soir, fait la connaissance d'un Anglais... ils se rapprochent, elle accepte de coucher avec lui pour une poignée de dollars... Se noue entre eux, une relation sexuelle et amicale, alors même que cet Anglais (qui "travaille" pour une obscure firme pétrolière...) se retrouve suivi, voir poursuivi par des individus louches et que Trish se voit, de par son rapprochement avec cet homme, lâchée par ses contacts locaux... Ils décident de fuir ensemble le pays... Ils croiseront en route un type de la CIA et divers individus armés...

vlcsnap-2022-12-03-14h01m12s361

Adapté d'un bouquin qui plaçait ce récit dans les années 80 (alors même que l'influence américaine se faisait particulièrement lourde dirions-nous), le film se déroule donc à notre époque, le Covid permettant sans doute d'alourdir un peu plus l'atmosphère... S'il sera question, en fond, de manigances, de sombres intérêts industriels, politiques, on n'a pas vraiment l'impression que ce soit ce qui intéresse le plus ici Denis. On se concentre en effet sur cette relation amoureuse "opportune", sur cette passion soudaine (avec un indéniable intérêt commun dans la fuite ? Elle connaît en effet bien la région, il a du fric...), ne sachant trop jusqu'au bout si cette relation repose vraiment sur quelque chose de solide... On est chez Claire Denis et on restera dans un certain flou jusqu'au bout... l'essentiel, donc, reposerait surtout dans le portrait de cette femme qui essaierait coûte que coûte, avec ses armes, avec son charme, avec un acharnement certain et un goût pour le rhum de bon aloi (elle se torche dès le petit matin si l'occase se présente : elle nous est forcément sympathique d'entrée de jeu) de sortir son épingle de jeu... Véritablement passionnée par cet homme, simplement intéressée et suivant son propre agenda, on oscille (jusqu'au bout) entre ces deux pôles ne sachant trop quel petit jeu elle joue... C'est le côté un peu barbant de la mère Denis (rien n'est totalement clair, même après essorage de l'histoire) mais ce qui donne aussi un côté assez troublant à cette femme qui n'a pas vraiment froid aux yeux et qui joue dès le départ avec le feu... Dommage que la chienlit l'emporte plus souvent qu'à son tour lors de cette escapade où junte et jungle se rejoignent et que ces personnages, à force de jouer avec le flou de leur contour, finissent par nous échapper un peu trop... Un voyage singulier, certes, qui nous mène malheureusement, disons-le de façon un peu banale, un peu au bout de l'ennui. Une oeuvre comme une étoile qui brillerait d'un faible éclat - reste tout de même, dirait les plus optimistes, encore cet éclat.

vlcsnap-2022-12-03-14h01m38s066