9782330169237Le Touze nous convie à suivre les travaux de son personnage principal, Xavier, à la recherche de chemins de fer enfouis et nous perd un peu en route... On voit très vite, derrière cette trajectoire pourtant originale (à la recherche de voies qui, auparavant, étaient à la source de village, de vie, de tout un monde) et celle des protagonistes qui tournent autour de Xavier (un frère autiste qui a su apprivoiser le langage grâce à la dévotion entière d'une pédagogue au passé pour le moins agité ; une amoureuse du Xav, Clara, qui s'intéresse aux écrivains en panne d'écriture) que ce qui semble intéresser avant tout l'auteur, ce ne sont pas les choses, les éléments, les personnages, les plus exubérants, les plus voyants : des chemins disparus qu'il faut patiemment traquer pour tenter de faire revivre un monde perdu, des méthodes pédagogiques innovantes qui permettent de sauver des personnes qui risquaient de rester à jamais dans leur for intérieur, des interviews (pour comprendre comment ceux qui sont maîtres des mots peuvent un jour décider de tout abandonner) qui se terminent souvent dans une sorte d'impasse... On reste le plus souvent dans le domaine du mystère, du caché, de l'indicible et il n'est pas toujours évident de remonter le fil de ce passé enfoui ou de ces personnes discrètes qui firent leur petit travail en toute humilité... Le projet, dans son minimalisme, a certes un certain charme en soi... Dommage, m'est avis, que la sauce ne prenne jamais, que l'on suive sans véritable intérêt ces personnages de peu qui nouent des relations parfois fortes (en particulier l'histoire des deux frères) mais sans qu'aucune scène ne parvienne franchement à nous happer, à nous faire réagir. L'écriture de Le Touze joue des circonvolutions, respire la belle ouvrage syntaxico-architecturale mais ne parvient pas, là encore, à vraiment nous prendre à bras le corps. C'est joliment dit mais on oublie vite, à chaque chapitre, de quoi il était question juste avant... De même, on peut se demander quel est le rôle de ces photos en fin d'ouvrage (certaines furent décrites dans le détail précédemment... à quoi bon, puisqu'il semble nécessaire, finalement, de les montrer ? ; d'autres n'ont pas été commentées, mais on ne comprend pas toujours l'intérêt ou le sens de certains clichés...)... Une œuvre qui tente de s'intéresser à la petitesse des choses, à des êtres modestes, ce qui est tout à son honneur, mais qui nous laisse un peu à ce niveau-là question ressenti.