Warren-Oates-as-Matthew-Sebanek-and-Jenny-Agutter-as-Catherine-in-China-9-Liberty-37-1978

Avec le temps, on avait oublié combien le cinéma de Monte Hellman, et en particulier ses westerns, était original et étonnant. Il est donc temps de rappeler au monde que c'est un des plus grands, malgré la modestie de sa filmographie (3 chefs-d’œuvre en gros, et pas mal de films de commande). Bien, tournons-nous maintenant vers ce curieux western-spaghetti : China 9, Liberty 37. Un film fortement influencé par la mode baba-cool de l'époque, dirais-je, puisqu'aux motifs classiques du genre se mêlent des petites choses tout à fait dans l'air du temps, chansons fleuries, érotisme soft, féminisation des corps masculins, petit côté peace & love qui fait toute la différence. Clayton Drumm (Fabio Testi) est un chasseur de primes engagé par la compagnie de chemin de fer pour éliminer le vieux Matthew Sebanek (Warren Oates), un briscard qui s'oppose à ses projets. Arrivé dans la ferme du gars, boum, il tombe direct sur l'épouse de ce dernier (Jenny Agutter) se baignant dans le plus simple appareil au son des ukulélés. Rien ne se dit, mais on sent bien qu'il y a anguille. Notre homme va contre toute attente développer une solide amitié pour l'homme qu'il devait tuer, et renoncer à son projet. Mais au moment où il quitte le couple, l'amour et la passion (vêtus d'une simple robe de nuit affriolante) lui tombent dessus et voilà-t'y pas qu'il fricote le temps d'une nuit avec madame. Sitôt que le mari le sait, il y va de ses baffes sur sa femme... qui le poignarde et le laisse pour mort, puis s'en va avec Clayton. C'est le début d'une course-poursuite lente et calme, qui se soldera par son lot de shotguns et de de sang qui coule.

Jenny-Agutter-as-Catherine-Sebanek-and-Fabio-Testi-as-Clayton-Drumm-enjoying-time-at-the-circus-in-China-9-Liberty-37-1978

Étranges, très étranges, les rapports entre ces trois personnages : on est engagé pour tuer, mais on tombe amoureux de la femme et on respecte trop l'homme pour ce faire ; on n'est pas censé aimer, mais on reconnaît son désarroi au détour d'un canyon ; quand on tient sa cible au bout de son canon, on laisse tomber ; on se fait quasiment assassiner par sa femme, mais on lui pardonne ses incartades. Tout fonctionne sur le respect, finalement, ces personnages sont en fin de compte fascinés par l'attraction exercée sur eux par les uns et les autres. Ça donne des scènes curieusement romantiques, très, mais alors très éloignées des schémas du western traditionnel. Fabio Testi, notamment, est un étrange héros, pas très adroit du flingue, fuyant devant le danger, renonçant aux milliers de dollars par amour. Son jeu très doux, très décalé, rend parfaitement justice à cette humanité du personnage, et fait exploser le portrait habituel du cow-boy sans pitié. Où, sinon chez Hellman, peut-on voir comme ici une très longue scène de fête familiale, où le temps passe simplement au son des chansons, où la quiétude est partout ? ou une scène de cirque, déconnectée de toute trame, où notre héros s'adonne à l'absorption d'un mystérieux philtre qui enlève toute peine et toute douleur ? Sam Peckinpah est convoqué pour un petit rôle, et ce clin d’œil est pertinent, tant les deux bougres naviguent sur les mêmes eaux du néo-western plus humaniste, moins clicheteux : China 9, Liberty 37 peut évoquer Pat Garrett et Billy le Kid dans son style cool.

300561_backdrop_scale_1280xauto

Hellman annonce lui aussi, mais en mode doux et triste, la fin du genre, en cette année où le western vit réellement ses dernières heures. C'est comme si tous les motifs du western étaient revisités une dernière fois, mais vidés de leur sens, déjà ancrés et effacés dans la modernité. L'amour, le sexe, le respect, la rivalité sont passés au spectre des années 70, et tous les modèles de virilité exacerbée s'enterrent sous l'émancipation sexuelle et la libération des mœurs. Ça donne ce film à la fois mélancolique et moderne, porteur de personnages complexes, qui vous en donne certes pour votre argent en termes de paysages et de sang, d'action et de violence, mais le fait avec une délicatesse étonnante. Malgré de gros défauts (une musique intempestive qui arrive n'importe quand, un montage parfois très "à l'arrache"), une bien belle chose, encore une fois. Hellman est un grand, indéniablement.

Sans titre

Go west here