dims-1

Si ça c'est pas du petit film indépendant pas cher, je ne vois pas ce qui peut en être. Les frères Duplass ont envie de faire un slasher, en y mélangeant des tendances à la comédie et du jeu d'acteurs, mais ils n'ont pas le début d'un budget pour ce faire ? Qu'à cela ne tienne. On va recouvrir la tête d'un gars d'un sac en papier, lui foutre un couteau dans la main, appeler quatre potes sur un week-end, et hop, on va se faire une chef-d’œuvre en deux-deux. C'est le principe, et si au final Baghead n'est pas vraiment une réussite, on apprécie vraiment cet esprit frondeur et motivé, et cette façon de considérer le cinéma comme un droit. Voici donc nos deux frangins hissant leur caméra sur leurs épaules et se livrant à un faux "found-footage" (c'est-à-dire que ça n'en est pas formellement, mais ça en a le filmage chaotique, l'image crasseuse et le minimalisme dans la trame), sur fond de film-méta : le point de départ est en effet ce groupe de potes, assistant au cinéma à la projection du film d'une connaissance, et décidant de se mettre à l'écart un week-end pour faire comme lui, un film indépendant et génial. Ils partent donc dans la cabane isolée qui a servi de décor à tous les films d'horreur depuis Evil Dead, et se mettent à bosser, plus ou moins sérieusement car très vite la flemme ou leurs ardeurs érotiques prennent le pas sur la création artistique. L'arrivée autour de leur maison d'un mystérieux tueur au visage caché dans un sac va à la fois les mettre sur les dents et déclencher leur inspiration : ils vont réaliser un film d'horreur... avec un gars à la tête enfoncée dans un sac. Amusante idée, au départ en tout cas. Il est bien dommage que ça n'aille guère plus loin que ça. Une fois le dispositif mis en place, les frères piétinent à l'orée d'un film qui pourrait être super, mais qui ne décolle pas. Jamais effrayant, jamais passionnant dans la forme, jamais amusant, Baghead est un peu tout ça à la fois, mais, faute d'écriture et de réalisation, n'est rien de tout ça non plus. Les acteurs sont tous sympathiques et talentueux (il y a même Greta Gerwig, tiens), on ne s'ennuie pas, certes, attendant la résolution avec bonhommie (mais qui est le tueur ? le scénario nous donne une réponse assez surprenante, mais là encore, qui ne va pas pisser très loin). Bref, tout ça est un peu fadasse, malgré un ton indéniablement original et une belle santé.

baghead_3