9782213720784,0-7475748Affres de la vie de couple adultère... Ce n'est pas nouveau, mais Maria Pourchet s'est mise en tête de revenir encore une fois sur ce sujet éternel de la littérature, à savoir les sentiments des hommes et des femmes s'adonnant au plaisir dangereux des rendez-vous clandestins et des coups tirés à la va-vite entre deux réunions, des mensonges conjugaux, des grossesses indésirables et des amours qui naissent sans qu'on l'ait voulu. Feu a ceci d'intéressant qu'il parle de ces clichés à travers une langue très neuve, très crue, en un mot très d'aujourd'hui ; et qui dit aujourd'hui dit automatiquement asservi aux lois du marché, libéral et cynique. Depuis que Houellebecq est passé par là, difficile de parler de rapports hommes-femmes autrement qu'en termes marchands, à moins de passer pour une andouillette. Pourchet y va donc, sur les traces visiblement de son mentor ; et son style, tour à tour très drôle et désespérant, fait merveille, compensant une trame guère passionnante, et qui tend même sur la fin au n'importe quoi, à la surenchère vers le sordide qui confine à la posture. En surface, donc, que du connu, avec cette prof insatisfaite tombant raide dingue d'un trader désabusé et éprouvant avec lui les délices et les angoisses de la relation cachée. Un chapitre sur deux ou à peu près, on écoute la parole de l'une (femme vieillissante fonctionnant toujours dans un schéma de prince charmant, dans le déni quand il s'agit de regarder l'homme qu'elle aime autrement que comme un pauvre type manipulateur), puis de l'autre (vague cinquantenaire assoupi dans son boulot capitaliste misérable, n'aimant que son vieux chien, et considérant cette femme qui lui tombe dessus plus comme une épreuve que comme un bonheur). Et Pourchet est tout aussi à l'aise pour traiter l'un et l'autre avec une violence incroyable : il y a des passages extraordinairement durs dans ce roman, durs mais hilarants, qui étonnent chez une jeune auteur. Elle comprend par exemple fort bien la psyché des hommes, qui se trouvent ici enfin dotés de parole pour parler de sexe et de rapports de couple, ce qui tend à se faire rare. Oui cet homme est méchant et sans espoir, oui il manipule cette nana ; mais il montre à travers sa vision noire de la vie les raisons pour lesquelles on peut se conduire comme un mufle au XXIème siècle, et on est bien souvent de son côté. Surtout qu'en face, cette femme a tout de la quiche lorraine facile à berner. Avec un sens inné de la formule, de la punchline, de la construction de phrase qui mène immanquablement au point incandescent, Pourchet s'amuse comme une folle à dézinguer l'amour et à envoyer les fleurs bleues dans le ruisseau. Elle dresse un état des lieux du sentiment amoureux à l'ère des sites de rencontre et du capitalisme galopant, et le constat fait froid dans le dos. Mais le côté trash de l'écriture, l'humour dandy, la violence de l'auteur, rattrapent tout. Malgré une fin grand-guignol pas convaincante, malgré une trame qui manque quand même cruellement de chair, on apprécie beaucoup cette écriture, et rien que pour ça...