vlcsnap-2021-05-29-12h54m24s087

vlcsnap-2021-05-29-12h55m33s558

Marlon Rigg à travers ce doc propose une réflexion des plus intéressantes dans la façon dont l'image de l'afro-américain, le kebla quoi, a évolué au fil des décennies dans les séries américaines. Des fifities aux eighties, il y eut une évidente évolution qui ne fut pas toujours forcément dans le bon sens... Des portraits ultra-stéréotypés à une image très "blanchies" du perfect black méga intégré en passant par des personnages à double-tranchant (des personnages qui incarnent plus l'american dream que la réalité... le chômage, les ghettos, non... comme s'il était plus facile de devenir avocat à la télévision quand on est noir que dans la réalité...), Riggs passe en revue ces dernières décennies de télévisons à travers de multiples séries, très connues (le Cosby show) ou beaucoup moins (qui ne durèrent d'ailleurs souvent qu'une saison... - trop intelligentes et justes et vite supprimées...). Des sociologues, des acteurs, des producteurs font des commentaires pour le moins pertinents sur les points positifs et souvent négatifs que développaient ce genre de série ou d'émission... S'il fallut attendre un certain temps pour que le black, de retour de la seconde guerre mondiale avec cette image glorifiée du combattant patriote, bénéficie réellement d'une approche "positive" à la téloche, il y eut malgré tout (lentement certes) une volonté progressive de mettre ces personnages au centre de séries. Certes, comme dit précédemment, ce ne fut pas toujours franchement dans la dentelle (des personnes de bouffons rappelant les pires caricatures des débuts du siècles, des wonder woman ou des super potes tellement géniaux et lisses qu'ils en perdaient toute aspérités...) mais une certaine évolution est tout de même notable. On retrouve au fil des extraits le sourire ultra-bright d'un Nat King Cole si "gentleman" qu'on en ferait le gendre idéal mais l'esprit critique des sociologues, notamment, permet toujours de mettre en perspective, derrière ces figures ou ces types des personnages si polis, si souriants, si rassurants the dark side de tel ou tel programme. C'est justement ces avis très pointus qui permettent de se faire une idée sur la façon dont la télé, ce lieu de l'entertainment, du spectacle, a toujours tenté de surfer sur ces personnages blacks pour attirer un public plus vaste. Marlon Riggs, sans angélisme et avec une réelle lucidité, nous permet ainsi d'avoir une meilleure idée du petit côté manipulateur de telle ou telle mise en scène ou mise en relief dans ces programmes où les blacks occupent le premier rang de la scène. Malin Marlon.  

vlcsnap-2021-05-29-12h53m01s440

vlcsnap-2021-05-29-12h53m22s989