9791034904006,0-7131521Si j'ai pu contribuer en quoi que ce soit à la célébrité de Iain Levison en vantant les mérites de son formidable Tribulations d'un précaire, je tiens à m'en excuser aujourd'hui compte tenu de la médiocrité du reste de sa production, qui devient de plus en plus illisible. Ce Voisin trop discret semble toutefois avoir atteint le fond, et on ne peut qu'en déduire que les livres suivants seront meilleurs ; ils se passeront toutefois de ma lecture. En tout cas, tout est naze dans ce bouquin jetable et inutile. Le scénario, qui part dans tous les sens sans jamais trouver son objectif, tellement relâché qu'il part en lambeaux au fur et à mesure, et se termine comme un vieux machin tout piétiné ; l'écriture, tellement anonyme qu'elle en devient fonctionnelle, de laquelle toute trace d'humour et de finesse a disparu (c'était pourtant une des caractéristiques de Levison), d'une platitude désespérante, qui multiplie les appels du pied au lecteur ; les personnages, pauvres ombres binaires réduites à quelques traits épais, qui n'existent jamais. On finit par se moquer allègrement de ces trois histoires qui s'enchevêtrent, de ces snipers en brun-out, de ces voisins au lourd secret, de ces homos cachant leurs choix sexuels sous des mariages arrangés, de ces projets de vengeance et de ces meurtres programmés ; ce qui reste, c'est surtout l'indigence totale du livre, écrit sans aucune nécessité, qui a tout du pilotage automatique commercial, et qui vous rentrera dans une oreille pour ressortir par l'autre sans avoir laissé aucune trace entre elles. C'est donc en colère que j'ai refermé cette petite merde, qui n'a pour but que d'encombrer les rayons des librairies avec sa couverture immonde, et qui, même comme cale-meuble, risque de n'être pas assez consistant. Un des pires machins de l'année, sans conteste.