vlcsnap-2021-02-27-11h21m55s659

Isabella Rossellini est Federico Fellini... Maddin, pour le centenaire de la naissance du maestro, se fend d'un petit hommage : Isabella est invitée à la première de son dernier film... La route pour aller jusque dans la salle est longue (ce qui fait écho à l'actualité...) : elle croisera en chemin notamment sa mère et bien sûr des chasseurs de lapins armés jusqu'aux dents (oui, les connexions neuronales de Guy sont parfois impénétrables...). Autant d'aventures qui risquent de faire rater... l'avion au Federico, à moins qu'il y ait pour lui toujours de la place pour le faire voyager dans les étoiles... Sans trop toujours chercher à faire le lien avec l'ami Federico, on suit l'Isabella en plan subjectif rencontrant sur son passage toute sorte d'individus (la petite patte du maître, tout de même, dans cette légère mise en scène), certains d'entre eux parlant en langue étrangère comme pour mieux nous perdre : elle s'engouffre dans des couloirs, un tunnel, un ascenseur, avant d'être comme irrémédiablement attirée par la voix de la lune. Retour vers les premiers émois et autres souvenirs d'enfance, tels ces draps qui engloutissent la mama et cet enfant qui part à la chasse aux lapins (sûrement celui qu'on finit par trouver dans le chapeau des magiciens - quoique les chasseurs barbus n'aient pas forcément l'air d'être particulièrement pacifistes...). Ambiance inquiétante, trouble, rêve éveillé, un petit voyage aux pays des souvenirs du maestro qui se termine dans ce paysage nocturne joliment étoilé... Une petite vignette de Maddin qui tente de faire revivre cet homme qui parvenait toujours avec la même magie à nous faire découvrir aussi bien son pays (d'enfance) que celui de ses songes. Sympa.

vlcsnap-2021-02-27-11h22m22s906

 Maddin canada