vlcsnap-2021-02-27-10h04m31s846

Il y avait l'hommage à Vertigo avec Green Fog, voici l'hommage de Guy Maddin et comparses à Fenêtre sur Cour avec cet autre court. Un immeuble, une dizaine de balcons, autant d'épisodes de la vie quotidienne : un anniversaire, une dispute, un meurtre, un ballon rouge qui s'envole, des cages d'escaliers animées (il faut avoir les yeux d'une mouche pour tout capter en une seule vision...)... Et oui, il s'en passe des choses pour peu qu'on prenne la peine de regarder cette petite vie des gens qui se répètent... à l'infini. Un clin d'oeil, que dis-je, un clin d'oeil fois dix de l'ami Maddin au gars Hitch, en un plan-séquence d'une dizaine de minutes où tout semble réglé au cordeau : chaque petite famille est dans sa bulle, parfois la bulle passe d'une case, d'une cage à l'autre, et ce spectacle total à la fois captive et fini par perdre notre regard qui aimerait ne pas en perdre une miette. On scrute, on devine, on suspecte, on échaffaude des histoires là où il n'y en a pas forcément... La caméra guide plus ou moins notre regard vers l'événement le plus évident mais c'est peut-être pour cacher l'essentiel. Un film à voir en boucle et qui se propose de toute façon de lui même en boucle. De quoi finir, dans notre esprit, par faire des noeuds et devenir fou avec ces bandes cinématographiques à vingt-quatre scènes par seconde. Mad Maddin se bouddahise pour notre plus grand plaisir.  

Maddin canada