"C’est à cause que tout doit finir que tout est si beau.”  Ferdinand Ramuz

9782330140830C'est forcément un plaisir que de déambuler dans les rues de Paris en compagnie de Laurent Gaudé, lui le conteur moderne capable de retranscrire le langage invisible des ombres. Il nous convie dans ce trop court ouvrage dans les rues parisiennes et nous fait revivre avec allégresse et respect le passage plus ou moins fugace de ces quelques figures littéraires qui sillonnèrent la capitale : Villon (qui lit encore Villon ?), Verlaine, Rimbaud ou encore Hugo dont l'on suit les convois funéraires, le sien comme celui, quelques années avant, de son fils, devant la même foule massive. Il arpente les rues, l'ami Gaudé, avec toujours la petite anecdote (les ennuis de Villon) ou la petite citation qui fait mouche et qui reste plantée dans le crâne (comme cette très jolie phrase de Ramuz mise ici en exergue et qui conclut parfaitement ce livre). Des hommages aux écrivains, mais aussi à ces jeunes hommes tombés pour la France à la toute fin de la guerre, mais surtout et encore des mots forts pour venir évoquer les ombres qui hantent Paris, mais aussi la vie, mais aussi sa compagne, mais aussi son père (premier à tomber bêtement sur le pavé), mais aussi... pour célébrer la puissance de l'écriture elle-même qui reste encore et toujours l'arme de combat de notre écrivain : une arme pour réveiller les morts, pour donner du sens à ces ombres, pour faire revivre ce passé. Un hommage sensible, lyrique, parfois envoûtant, parfois simplement simple à ces êtres qui animèrent ces rues, les firent frissonner, y rirent, y tombèrent. Un ouvrage qui, en peu de mots mais toujours soigneusement choisis, tente d'évoquer mille vies enfouies, et mille vies derrière, un petit ouvrage salutaire qui démontre encore une fois que Gaudé a encore et toujours des choses (utiles) à dire. Des mots gravés à vie sur ce pavé parisien mille fois foulé et dont le passé ne finira jamais de faire résonner ses Histoires.