9782259284370ORI

Thibault de Montaigu a reçu le prix de Flore pour ce livre hommage à son oncle, touché certes par la grâce mais surtout dévoué envers toute une partie de cette humanité oubliée... Avouons que les cent premières pages (grosso modo) où Montaigu évoque aussi bien sa petite histoire personnelle (sa vie de fêtard, sa révélation christique tardive) que Dupont de Ligonnès (un projet de livre perdu en route) ne sont guère passionnantes : l'on sent que notre gars tourne un peu autour de son sujet avant d'oser véritablement s'y atteler. Puis, enfin, on plonge dans la vie de cet oncle qui vient de mourir, de ce Christian dont la vie n'a rien eu d'un long fleuve tranquille : sa vie délurée, ses amours (cachées - homosexuel cherchant compagnon d'un soir... et trouvant éventuellement des fachos au coin de la rue) et puis cette révélation avant son engagement auprès des moines franciscains. Homme de terrain, le Christian n'est pas du genre à enfiler la robe de bure pour rester cloîtré au fin fond d'un monastère. Il s'engage à venir en aide à toute personne abandonné en cours de route, ces gens de peu, d'en-bas et grâce à son énergie, parvient à devenir un véritable acteur social au sein de la cité... un acteur qui dérange au sein même de sa propre organisation pour le moins hiérarchisée pour ne pas dire sclérosé. Notre homme, pourtant de bonne foi, connaîtra quelques désillusions au cours de son véritable chemin de croix humaniste... Bien. On sent que le Thibault trouve en ce proche qu'il a finalement peu fréquenté de son vivant, un véritable modèle : un homme engagé, dévoué envers ses frères humains et au parcours de vie, sur le long cours, pour le moins surprenant. Le portrait est sympathique en soi, il est seulement un peu dommage que l'auteur s'épanche un peu trop en cours de route sur sa petite vie perso avant de se concentrer vraiment sur son sujet. Un prix de Flore pour un aristo recouvert d'une fine couche de catholicisme qui se rêverait de gauche. Une tige, pas plus.