henri-langlois-dix-questions-pour-un-monstre-cinephile,M145802

Ah la Cinémathèque (le lien est ) commence à faire quelques efforts pour nous mettre en joie (on veut de l'incunable, du rare, du précieux !). Ici le principe est simple : on montre la (célèbre et iconique) photo ci-dessus à la crème des critiques (Bonnaud, Douchet, Eisenschitz, Païni, Rauger), on secoue et on attend. Il en sortira forcément quelques avis pas piqués des hannetons. En préambule, l'incontournable Godard qui répondit au challenge (Jean-Luc peux-tu commenter ?) par lettre, ou plus précisément en 12 lettres : "comment taire ?". Oui, le sens de la formule, c'est lui, nous ne sommes que des analphabètes en comparaison. Bref, chacun y va de son analyse sur le regard particulier des trois hommes, sur leur sourire (et son absence), sur leur corpulence (Truffaut et sa théorie sur les « gros » - on en apprend franchement tous les jours), tout en faisant des parallèles très judicieux sur leur façon d'aborder le monde, sur leur façon de le filmer, de le montrer. Une photo dont chacun souligne le côté historique (manquerait-il Hitch ? Pas forcément) voire mythique : tout un concentré d'histoire du cinéma sur une photo, l'ancien, le moderne et l'homme-pont, trois monstres sacrés, trois idées incontournables du cinéma. Comme dirait le gars Rauger à qui il revient de conclure : celui qui n'est pas ému par cette photo ne comprendra jamais rien au cinéma - j'aime beaucoup ce petit côté radical, où l'on sent l'homme de conviction. C'est un petit jeu qui pourrait rapidement tourner en rond, mais reconnaissons que chacun d’entre eux trouve les mots précis pour donner du sens, de la profondeur à cette œuvre de Man Ray, toujours là, comme tout grand photographe, pour capter l'instant éternel. Pointu et nécessaire pour tout cinéphile qui se respecte.