vlcsnap-2019-11-11-09h42m59s001

Voilà un nouveau film roumain diablement intelligent dans le fond (de la mémoire (et son manque) à l'empathie (et son manque)) et relativement ambitieux dans sa forme : c'est d'ailleurs sans doute sur ce dernier point que l'on pourrait peut-être se montrer moins dithyrambique car le film, s'il parvient à mélanger astucieusement plusieurs strates aux niveau des images (archives, téléfilm, spectacle de théâtre, exposition, photos...) est également terriblement bavard - ce qui n'est pas toujours, pour le coup, très télégénique, les plans-séquences de Jude s'étirant indéfiniment... Certes, c'est forcément pour la bonne cause : le film montre le combat incessant d'une jeune metteur en scène pour monter un spectacle (sponsorisé par la Mairie) au sujet pour le moins polémique : le massacre des Juifs par les Roumains (qui se trouvaient aux côtés des Allemands à l'époque mais dont les agissement criminels sont irréfutables) lors de la prise d'Odessa (environ 20.000 personnes massacrées). Elle se bat et doit constamment argumenter envers les uns et envers les autres (son compagnon, les figurants du spectacle et surtout le chiatique responsable culturelle en charge des subventions...) pour défendre ce projet, montrer son utilité : devoir de mémoire, devoir historique, devoir de responsabilité des soldats et du président roumain, autant d'aspects qui sembleraient vouloir être minimisés pour ne pas dire gommés de nos jours... Tous les arguments de plus ou moins mauvaise foi s'enchaînent : le fait de ne pas choquer les enfants, le fait qu'il y ait de nos jours d'autres massacres, le fait que l'évocation de ce massacre du passé est aujourd'hui inutile... Notre metteur en scène doit, sans péter les plombs, battre en brèche tous ces arguments à la con pour pouvoir imposer sa vision des choses et le bien-fondé de son spectacle. Le spectacle aura finalement bien lieu (toute la dernière partie du film) mais là encore plusieurs "anicroches" feront grincer des dents : des relents d'antisémitisme primaire se font sentir dans le public et désespèrent notre jeune artiste - les applaudissements (pour le moins déplacés…) d'une partie du public lorsque les juifs sont mis à mort démontre non seulement une bêtise crasse mais aussi un manque d'empathie affreux pour le malheur des autres ; un constat qui en dit long sur l'état du monde actuel et le degré de tolérance, d'ouverture de toute une partie de la population roumaine, européenne, occidentale... La démonstration est claire, limpide, mais un peu longuette, Jude privilégiant indéniablement ici la parole et les mots ; sa mise en scène est certes souvent en mouvement (on suit, notamment au départ, la metteur en scène dans ses divers déplacements : rien ne semble pouvoir arrêter la bougresse), mais c'est vrai que certains échanges autour de la nécessité ou non de montrer aujourd’hui un tel spectacle sont parfois un peu écrasants, anxiogènes (ouais, on ne peut s'empêcher d'avoir une petite réserve... jamais content). Un film, malgré tout, assez virtuose en son genre, sur cette capacité à mêler drame historique (que l'on cherche à dissimuler un peu sous son mouchoir - cela évite les "cas de conscience"...) et drame moderne (un public plus habitué à applaudir stupidement qu'à réfléchir et à ouvrir sa porte aux malheurs des autres). Nous, barbares pleinement assumés...  

vlcsnap-2019-11-11-09h43m34s549