4952507

Céline Sciamma est la plus grande cinéaste française vivante, je pense qu'on est tous d'accord là-dessus pour commencer (avec Bruno Dumont, j'y reviens). Une fois cette base plantée, penchons-nous sur son nouvel opus, avec la totale admiration et l'émotion désormais dues à chaque nouveau film. C'est une nouvelle fois renversant de beauté, d'émotion, d'intelligence. A chaque fois ni tout à fait la même ni tout à fait une autre, Sciamma parvient à creuser un peu plus ses thématiques habituelles (les femmes entre elles, le trouble identitaire, le corps) tout en renouvelant radicalement son style. Le résultat est prodigieux : on sent à chaque seconde du film la pulsation des coeurs et des corps, cette énergie physique et sexuelle qui déborde de l'incarnation des corps, et cette intelligence de cinéma totale. On est pourtant, dans les premières minutes, en terrain nouveau : au XVIIIème siècle, sur une île perdue, dans une demeure austérissime, une peintre est engagée pour faire le portrait d'une jeune fille, portrait visiblement obligatoire si on veut finaliser son mariage avec un richard quelconque que la fille n'a jamais vu. Celle-ci freine des deux fers, peu désireuse de se laisser posséder par un inconnu, avide de découvrir les choses de la vie avant que de s'enfermer en juste noces. Aussi la peintre a une mission : peindre la fille en secret, et lui faire croire qu'elle est là en tant que femme de compagnie. Peu à peu ces deux déracinées, ces deux exilées, ces deux femmes situées chacune d'un côté de la barrière (la libre et la sacrifiée) vont développer des relations amicales, puis amoureuses, vivant au bout du compte ue passion folle et éphémère, et trouvant dans les quelques jours passés dans cette intimité le sens total de leur vie.

2201428

Le film s'ouvre sur un plan pialatesque : une main qui commence à esquisser une forme sur une toile, et on est happé par ce geste aussi simple que sophistiqué. Il marquera l'ensemble du film. Dans un mélange d'amusement et d'austérité, Sciamma nous fait toucher du doigt le sentiment amoureux, cet ineffable vertige qui saisit l'artiste au moment de peindre coïncidant avec ses émois amoureux naissants. Tout le film va être ainsi constitué de scènes dont la pudeur et la précision bouleversent, mais qui ne s'embarrasse pas non plus de pincettes. Côté amusement, Sciamma explore des idées de mise en scène légères et parfaites : c'est les deux femmes prises de profil, l'un effaçant l'autre ou le dévoilant pour développer des jeux de regard incroyables ; c'est un jeu avec le spectateur pour dévoiler ou non l'identité d'un personnage (la bonne qui prend la place d'Héloïse comme modèle), c'est du faux suspense (Héloïse qui court vers la falaise comme pour se suicider avant de balancer son plus beau sourire), c'est ce léger anachronisme sur la partie de cartes, c'est le jeu tout en subtilité et en gaieté des géniales comédiennes (Noémie Merlant, Adèle Haenel et Luana Barjami). Cette lumière apparente cache pourtant de bien sombres thématiques sur l'enfermement des femmes, sur l'impossibilité d'aimer qui on veut. Ces trois femmes (il faut ajouter au duo principal la bonne, discrète mais bien présente) apprennent à vivre, à s'amuser, à souffrir, à s'entraider, à baiser ensemble, et il y a quelques plans où l'absence complète des hommes éclate aux yeux : Portrait de la jeune Fille en feu est un film féministe, oui, mais doté d'un regard intelligent, sans mépris, sans militantisme. Il dit simplement qu'à une époque (?), les femmes ont dû apprendre à vivre seules, entre elles. Le personnage très moderne de Marianne, cette peintre libre qui fait des hommes nus en contrebande, renvoie à notre époque, subtilement. L'amour entre ces deux femmes, même éphémère, même clandestin, et leur amitié/soutien par rapport à la bonne, témoigne aussi de cette émancipation du joug masculin.

Luana-Bajrami-Noemie-Merlant_0_730_385

Le film met du temps à se faire aimer. Les premières scènes sont froides comme la glace, austères à mort. Mais cette austérité, peu à peu, amène l'émotion. Par exemple, le film est complètement dénué de musique, sauf à deux endroits, et ce sont les deux endroits les plus bouleversants : l'un est un choeur de femmes qui monte dans la nuit, autour d'une fête et d'un feu, et les sentiments, d'un seul coup, s'emballent plus que de raison ; l'autre est cette toute fin ravageuse, long plan sur Haenel accompagné de la musique de Vivaldi, un des plans les plus beaux de Sciamma. Les scènes, longues, magnifiquement écrites, précises jusqu'à l'obsession, tranchent avec ces plans courts qui vous sautent aux yeux (un plan faussement sexuel d'une main glissé sous une aisselle, le petit détail attrapé dans une toile et qui dévoile les sentiments, les deux ou trois apparitions d'Haenel en fantôme, très "à la Brontë"), dans une grammaire de cinéma impeccable. Et puis il y a ces comédiennes, géniales, inoubliables, intenses et lumineuses ; et puis il y a ce décor gothique et romantique de plage et de demeures vides ; et puis il y a ces plans magnifiques sur la peinture en train de se faire ; et puis il y a cette mélancolie brutale (tant pis pour l'oxymore) qui se dégage de cette histoire ; et puis et puis il y a que Sciamma est immense, que voulez-vous, et qu'elle réalise ici le film le plus intelligent et le plus émouvant de l'année. Ma Palme est attribuée, pour ma part.

maxresdefault