amazonia_9782021247503_hd

Il faut s'armer d'un coupe-coupe pour pénétrer ce livre de Deville qui disons-le franchement, telle une forêt de lianes, part franchement dans tous les sens. Deville veut raconter cinquante trucs en parallèle, ses voyages avec son fils, le récit des voyageurs en Amérique du Sud, les aventures de Herzog sur ce même continent, les troubles politiques anciens, contemporains, les auteurs sud-américains, les histoires de père et fils, ses connaissances sur places, des anecdotes de voyage qui lui font penser à d'autres anecdotes, puis tiens à une autre... Bref, dès le départ, on se dit que chaque chapitre (heureusement assez court) part dans un sens différent du précédent et on perd malheureusement rapidement le fil (rouge ?) de départ : il n’était pas parti en voyage avec son fils ? Ah ben tiens si... Mais ils sont où là, bordel ? Bref, c'est fouillis, fouillons (…), brouillon et il faut une bonne petite dose de patience pour arriver à domestiquer la chose. Bon, ça, c'est dit. On en rajoute juste une petite couche en avouant avoir eu l'impression que chaque chapitre était écrit au fil de la plume (une petite session d'écriture quotidienne ou hebdomadaire) et que les transitions sont parfois bien bancales. Après, après, on apprend quand même pas mal de petites choses historiques mignonettes sur ces voyageurs, ces explorateurs, ces guerriers, ces anthropologues, ces fous-furieux, ces businessmen, ces passionnées qui ont un jour osé mettre un pied dans cette jongle ; même si cela part en vrille, il n'est pas rare qu'on parvienne à choper à la volée des récits assez prenants. Forcément, il nous faut reconnaître une petite faiblesse personnelle pour les passages qui évoquent Aguirre, Fitzcarrald et les tournages des films d'Herzog. On sent que Deville est totalement imbibé de l'Histoire sud-américaine et il n'a de cesse de vouloir faire des ponts, parfois même des aqueducs entre les différents personnages qui se sont succédé sur ce sous-continent, se faisant une joie de trouver des échos entre les différentes époques, les divers individus qui ont exploré la zone. On apprécie également ces histoires d'explorateurs partis à la recherche d'autres explorateurs, ne sachant plus vraiment à la fin lesquels se sont perdus le plus dans la forêt amazonienne. On a droit aussi à un petit laïus obligatoire sur l'écologie, l'environnement, mais ce n'est pas franchement ce qui donne du sel à l'ouvrage – petit effet mode un peu faiblard pour le coup. Au final une œuvre un peu de bric et de broc mais dans lequel tout petit voyageur qui se respecte pourra puiser quelques petites aventures pas piquées des hannetons. Un roman à défricher patiemment.