1280x720_ma-319457_5caace456a435

Inexistant, transparent, complètement dénué d'intérêt, Ma est l'achétype du cinéma de genre qui voudrait bien faire partie de la grande famille des réalisateurs d'horreur mais a bien trop peur de perdre le moindre dollar dans l'action, et se contente du coup d'étaler ses motifs paresseux au cours de ses 90 minutes infiniment longues. Décidément, quand on voit des trucs comme ça, on se dit que le genre est bien mort. Sue Ann est une petite dame qui a été brimée et maltraitée dans son enfance par des lycéens ricanants ; aujourd'hui elle veut se venger. Elle attire donc des jeunes dans sa cave, les fait boire et fumer, et... ben non, c'est tout. Elle a bien une vague intention de les trucider, elle assassine bien un type ici ou là, mais jamais le film n'ira au bout de son idée, de peur d'être "classé". Donc, on a 1h29 de jeunes gens qui dansent en rigolant, avec de temps en temps quelques jump-scare ineptes, avec des passages de Sue Ann telle un fantôme, ou avec quelques phrases menaçantes. Mais d'action point, de malaise point, de soufre point, de sang point. Et de discours point non plus, l'essentiel du film braillant son éternel rejet du sexe (le truc est super prude) et son mépris de la jeunesse, pourtant première cible de ce genre de produit, et ne parvenant à rien raconter. On s'ennuie sévère en comptant les fautes de jeu, les imperfections esthétiques et les emprunts à d'autres films (qu'on peut appeler copie, à ce niveau de plagiat), on constate le ringardisme total de ce cinéma de vieux coincé en baillant aux corneilles. Grand'Ma, je dirais.