vlcsnap-2019-09-11-12h45m57s975

vlcsnap-2019-09-11-12h46m04s620

Le mercredi c'est le jour des enfants et quoi de mieux qu'un petit dessin-animé qui célèbre la mort - comme dirait Paul Newman, pour faire une subtile transition avec l'article précédent, de toute façon, on ne sort jamais de la vie vivant. Laloux, Topor, Dubillard, du bon et du caustique pour rendre hommage au genre humain qui, tout petit déjà, s'entraîne à se tirer dessus avec des pistolets à pétard avant de passer à la "pratique" : gloire à la guerre et à ces monceaux de cadavres que Topor dessine avec une grande finesse (il est très fort pour rendre la façon dont l'homme se déchiquète, se démembrise, se détruit). On allumera toujours une petite flamme pour rendre hommage à nos morts et c'est forcément rassurant. Plus de guerre ? Heureusement, l'homme a su se créer des loisirs sains et se catharsiser en tirant des pigeons, en pêchant du poisson, en mettant à genoux des taureaux... Entre « deux temps morts » (ce qui est assez bien amené !), l'homme, également, trouve toujours le moyen de trucider sa femme, sa famille, son voisin. Hommage donc, tout en dessin à l'encre noir et en images d'archive peu ragoutantes, à l'être vivant qui sait se montrer particulièrement créatif, jusque dans la façon de rendre la justice (guillotine, chaise électrique, petits plaisirs et raffinement de l’esprit humain), pour s'annihiler. Un bon dessin-animé pour les enfants pour qu'ils arrêtent de nous poser des questions à la con et commencent à pleurer dans leur coin en pleine conscience de la connerie destructrice de l’Homme. Voilou, merci Laloux.

vlcsnap-2019-09-11-12h46m23s344

vlcsnap-2019-09-11-12h47m16s022