vlcsnap-2019-06-25-15h12m18s899

vlcsnap-2019-06-25-16h03m01s457

La vie de Leni Riefenstahl ressemble à une sorte d'étrange plongée en enfer : après un passage par la danse, elle connut les sommets (montagneux et cinématographique) devant la caméra de Fanck et Pabst, flirta avec les sommets du pouvoir (nazi) avec Le Triomphe de la Volonté (récompensé d'un prix par la France par des personnes qui eurent indéniablement le nez creux...) et les sommets sportifs avec son documentaire sur Les Jeux Olympiques (nazis) avant de connaître une indéniable traversée du désert (au Soudan, auprès de tribus tout en muscles - le parallèle est trop facile, on ne le fera pas) et de connaître les fonds marins (pour finir bouffée par les requins ? Pas forcément... On la voit plus s'extasier à 90 ans sur les raies...). Deux choses transparaissent indéniablement dans ce documentaire rythmé par des interviews sans tabou (enfin presque) de la cinéaste : d'une part son indéniable talent artistique, cette inventivité indiscutable dans sa façon de filmer (le long passage sur le tournage épique des JO de Berlin montre toutes les choses qu'elle a créées au niveau du tournage d'événements sportifs) ; et d'autre part son caractère bien trempé, ses nerfs d'acier et son incapacité à pouvoir reconnaître de quelconques erreurs dans son parcours... Jusqu’au bout elle se définit comme une personne de son temps, témoin de l'histoire de son époque et même si elle ne cache pas une certaine affinité (humaine...) avec Adolf, elle n'admettra jamais être tombée dans la marmite nazie : pas de propos antisémites, pas d'adhésion au parti, et donc qu'on cesse de l'emmerder avec cette image qui lui colle à la peau depuis la fin de la guerre ; elle ne fut jamais l'amante des puissants (ah ?) et même la France l'a récompensée en 1937 pour ses talents cinématographiques – la France, merde, ce qui prouve bien que. Et vas-y que je me lève et que je m'énerve.

vlcsnap-2019-06-25-16h04m06s098

vlcsnap-2019-06-25-17h55m46s001

On sent que le gars Müller ne fut pas toujours à la fête pour pratiquer ses entretiens : avis tranchés de la Léni sur la façon de filmer du sieur (pas au niveau, certes), répliques cinglantes dès que les questions se font trop pressantes sur ses accointances avec le Troisième Reich (j'ai rêvé où elle pousse à un moment le type ?), le moins qu'on puisse dire c'est qu'il ne faut guère la titiller sur certains points - elle a vite tendance à monter sur ses grands chevaux, la bougresse... Bon. Au-delà de ça (ce qui n'est pas rien), on prend un certain plaisir à la voir évoquer ses premiers films sous l'oeil de Fanck (et son amour de la montagne), à voir son œil qui pétille dès qu'il est question de montage et de prises de vue (elle a inventé le cinoche ou quoi ? restons humble, hein), ou encore à la voir discuter avec ses deux anciens cameramen de tout ce qu'ils ont réussi à imposer sur le plan technique auprès des responsables des JO en 36 (des trous dans le sol pour filmer les sauts en hauteur à la caméra immergée dans les bassins). Des modèles formels et esthétiques, difficile de ne pas vouloir l'admettre... Bon, à la fin de la guerre, on sent qu'elle eut moins le vent en poupe (elle fut jugée comme simple "sympathisante' du régime et échappa donc au pire), aussi bien artistiquement que professionnellement. Elle acheva pourtant à la fin de la guerre un drôle de projet sur une danseuse espagnole en milieu bavarois (je la fais courte), où l'on sentait là encore le soin extrême porté aux effets visuels (elle te sort un noir et blanc "bleuté" de la plus belle eau) ; préparant avec un soin démoniaque chaque plan, chaque objectif de caméra, chaque angle, la Léni fit preuve tout au long de sa vie d’un vrai savoir-faire pour mettre en scène de façon spectaculaire et artistique le moindre de ses sujets... Un sens du perfectionnisme, aussi, qui l'empêcha apparemment par la suite d'achever certains de ses projets (un film sur les tribus soudanaises ou sur ses explorations sous-marines). Un doc au final qui tente avec une certaine objectivité d'évoquer aussi bien les talents de la cinéaste que son passé des plus troubles auprès des types tamponnés d'une croix gammée. Un personnage, pour le meilleur (sa vision cinématographique) et pour le pire (son sens de « l'opportunisme » (doux euphémisme) qu'elle est absolument incapable de renier (on fit juste appel à elle car elle était la meilleure - bien...).

vlcsnap-2019-06-25-17h40m52s617

vlcsnap-2019-06-25-17h51m03s278