9782021419726,0-5624320Il y a des sujets qui font vendre et d'autres pas. La pornographie en est un à mettre en tête de file du bankable, et en confier le sujet à une jeune auteur femme publiée au Seuil y ajoute une plus-value indéniable. Voici donc un petit livre consacré aux rapports troubles entre l'auteur et la pornographie, en tout cas la représentation du sexe, depuis sa plus tendre enfance où elle se trouve face à une bande dessinée SM pas vraiment de son âge jusqu'à aujourd'hui où, trentenaire, elle continue d'écouter des sons de gens qui jouissent sur d'obscurs sites internet. Entre les deux, toute une vie de recherches fiévreuses de l'excitation et de l'orgasme à travers des réseaux comme YouPorn, où les catégories spécialisées sont de plus en plus pointues au fur et à mesure de la quête inassouvie : du simple "lesbian domination", la narratrice passe peu à peu au "hentai tentacles" avec une gourmandise et une fascination qu'elle décrit parfaitement bien. Une fois ça noté, ajoutons que le livre est beaucvoup trop corut pour apporter quoi que ce soit au schmilblick : complété par un récit audio sur internet, il paraît qu'il prend de l'ampleur ; mais tel quel, on soupire devant l'inanité de ce qui est raconté, et on se dit que cet objet inutile est peut-être plus assujeti à des lois marchandes que littéraires. Bon, allez, notons quand même ce qui est marquant dans le livre : le plus intéressant est que la dame dissocie complètement sa vie privée (y compris sexuelle) de sa vie "pornographique". La scrutation de ce "toujours plus" sur les sites de derche est une sorte de recherche du plaisir inconnu, une pulsion fantasmatique qui la saisirait sans qu'elle s'y attende (et c'est le cas avec les dessins animés japonais qui montrent des monstres violer des jeunes filles avec leurs tentacules...). Autre aspect intéressant : la dichotomie qui veut que Richard, pourtant féministe, soir fascinée par ces petits films de cul, alors même qu'elle est consciente de la domination masculine sur les actrices, de leur exploitation et des conditions pénibles de leur taff. Sans résoudre la question, elle s'interroge sur cette obsession pour les vidéos porno, qui ne remet pas en cause ses opinions sur l'égalité homme/femme. Enfin, avouons que le livre est assez bien écrit et dynamique. Mais on a l'impression de lire la préface d'un livre qui s'annonce intéressant, et les quelques 90 pages de ce récit ne font que vous mettre l'eau à la bouche et vous laisser espérer un vrai bon livre intéressant concernant le regard des femmes sur le porno. Tel quel, Les Chemins de Désir sentent un peu le dévergondage facile pour happer le bourgeois.