vlcsnap-2019-04-16-10h54m45s950

vlcsnap-2019-04-16-12h34m53s779

vlcsnap-2019-04-16-12h35m40s503

Alors oui, vous allez me dire, tiens, quel hasard dis donc... Certes. N'empêche qu'il n'y a pas de quoi se priver quand on a William Dieterle aux manettes, Laughton en Quasimodo, Maureen O'Hara en Esmeralda et l'inquiétant pour ne pas dire terrifiant Cedric Hardwicke en Frollo (Daniel Lavoie peut passer son chemin, même s'il a une voix d'outre-tombe). Dès le départ qui s'ouvre sur la cathédrale, on se dit qu'on a fait le bon choix, surtout que cette dernière, ne l'oublions point, est ici considérée comme un asile inviolable (a sanctuary !) (un peu comme une ambassade mais pas celle d'Equateur) qui va ouvrir ses portes à la bohémienne Esme (objet d'amour pour certains et d'abjection pour d'autres, comme dirait JDS...), une Esma traquée, pourchassée, indésirée… (que cet ancien lieu d'asile brûle en 2019 laisse finalement peu pantois, ohohoh macronne-t-il). Tout le monde se damne pour les grands yeux de Maureen, qu'il s'agisse du monstrueusement crédible Quasi avec ses yeux de traviole et sa bosse sisyphéenne (parfait Laughton, gluant comme un Gollum et attendrissant comme un donuts), de l'obséquieux Frollo avec ses petits airs pincés et sa mine diabolique (donne pas envie de le croiser au coin du bois, ce Hardwicke), du beau gosse Phoebus (Alan Marshall avec la fine petite moustache gableïenne de circonstance) ou encore du gringalet Gringoire (Edmond O'Brien encore tout fluet pour ce premier rôle). Des acteurs au taquet toujours éclairés de main de maître (Dieterle est un spécialiste de la mise en lumière des regards (celui profondément craquant de Maureen ou celui sans fond de Hardwicke)) dans des décors pour le coup éblouissants : certes, le film fut apparemment tourné dans les studios de Los Angeles mais la "mise en perspective" de notre chère cathédrale brûlée est parfaitement réussie. Qui des quatre aura la belle et qui aura peut-être la chance de s'enfuir avec elle lors d'un happy end guère "classique"?

vlcsnap-2019-04-16-10h56m02s692

vlcsnap-2019-04-16-12h33m56s853

vlcsnap-2019-04-16-12h34m29s856

On sent que Dieterle, en se focalisant sur ces cinq personnages, sait dès le départ où il va : il ne néglige pour autant en rien l'esprit du roman (du discours de tolérance envers les "réfugiés" au discours obscurantiste du coincé Frollo) ni son atmosphère "miraculeuse" ; cette bande de gueux est campée par des centaines de figurants qui donnent de l'ampleur, du relief et de la vivacité à cette troupe underground nocturne. Cette cour des miracles donne lieu d’ailleurs à l'une des plus belles séquences du film lorsque le gars Gringoire (déjà la corde au cou pourtant) est demandé en mariage par Esme pour le sauver - quand le romanesque, que dis-je, la romance vainc le tragique... Il faut reconnaître qu'ensuite le gars Quasimodo tire un peu la couverture à lui (c'était attendu, vu le titre) : le roi des fous amuse la foule, puis est mise au pilori devant une même foule en furie (Laughton en Elephant Man larmoyant ferait tirer des larmes à un crocodile), avant de jouer sur la fin les sauveurs tarzanesques (d'Esme) et les protecteurs pompieresques (de cathédrale) : le bougre use de tous les expédients pour empêcher la foule d'envahir et de détruire cette cathédrale ; lancée de pierre, de bloc de granit, versement de plomb en ébullition du haut des tours, Quasi, assimilé à ces gargouilles qui ornent le monument, est quant à lui prêt à tout pour défendre son asile... Le type est difforme, aucun doute, mais se montre pugnace et en forme (oui, je ne sais pas ce qui m’a pris) pour défendre les intérêts de ses bell(e)s (la Maureen et les cloches). Plusieurs personnages seront envoyés ad patres sans autre forme de procès (Phoebus fait le beau mais est mou comme un steack sous la dague ; Frollo, porté à bout de bras par un Quasimodo en rogne, tente de battre le record du monde du lancer de nain) pour permettre à la douce Esmeralda (avec un look que je trouve pour ma part très moderne - mais peut-être que je suis aveuglé) de trouver le chemin de la rédemption. Film noir, lumineux, en un mot brûlant, un très bon Dieterle (la meilleure version cinoche du roman ? sans doute) dont on aurait tort de se priver au-delà des circonstances (Allez Shangols vers aussi cent millions (de commentaires - ceux de Mitch) pour la reconstruction de la bâtisse).

vlcsnap-2019-04-16-14h00m39s454

vlcsnap-2019-04-16-14h28m06s585

vlcsnap-2019-04-16-14h38m06s824