vlcsnap-2019-01-13-15h49m49s680

vlcsnap-2019-01-13-15h50m03s470

vlcsnap-2019-01-13-15h58m05s330

Petite mise en bouche des œuvres cinématographiques de Charles Matton avec ce montage-collage d'une quinzaine de minutes où il n'est finalement que peu question de pomme mais beaucoup plus de femmes, nues, souvent belles à croquer. Des photos, des dessins réalisés à partir de photos, des sortes de photos-montages pour évoquer, a priori, sa famille, les femmes qu'il côtoya, qu'il côtoie. Ambiance pop autour d'images sensuels de flipper, de nues alanguies, de poses cinégéniques, d'enfants posant. Une voix off nous décrit ici ou là de qui il pourrait bien s'agir mais l'intérêt de la chose est ailleurs : il y a toute une dynamique dans ce montage qui mêle les arts à loisir, Matton faisant feu de tout support pour mettre en image des visages, des décors, des objets. Dans le fond c'est peut-être aussi passionnant qu'un pépin mais dans la forme il y a quelque chose de joliment juteux : de l'énergie, de l'éclectisme artistique, un corps d'une beauté foudroyante pouvant faire place dans la seconde aux rouflaquettes d'un Bohringer (né à Moulins, je l'ai dit ?) encore tout pimpant. On est dans l'expérimental pop et l'ensemble est tout aussi pétillant qu'un verre de cidre. Belle petite expérimentation pour s'ouvrir la voie du septième art. 

vlcsnap-2019-01-13-15h50m25s536

vlcsnap-2019-01-13-15h58m56s766

vlcsnap-2019-01-13-15h51m18s825