vlcsnap-2019-01-13-10h51m02s299

vlcsnap-2019-01-13-10h51m45s207

vlcsnap-2019-01-13-10h52m45s480

vlcsnap-2019-01-13-10h53m23s461

Voilà un petit film qui pourrait être d'actualité dit-il de façon laconique et sans aucune volonté d'opportunisme. Matton filme des photos de ces légers affrontements qui eurent lieu quelque part dans Paris en 1968 entre des jeunes pas contents et des forces de l'ordre qui ont toujours semble-t-il préféré la force à l'ordre. Je dis ça, je dis rien, mais une première chose saute aux yeux : ces forces de l'ordre sont mieux équipés que ces petits assaillants jeteurs de pavé, indéniablement. Une fois la situation posée par Matton - d'un côté des jeunes gens, barbus, imberbe, des jeunes femmes, souriante, l'oeil vif, de l'autres des individus casqués, dressant leur matraque et leur bouclier comme au bon temps des Romains - on passe enfin à l'action. Très peu de parties filmées (une poignée mais quelques secondes notamment où l'on voit un jeune à terre qui prend très cher - il avait malheureusement semble-t-il aucun formation de boxeur) mais surtout des photos montrant nos petits jeunes poursuivis par des matraqueurs, des étudiants aux visages ensanglantés, des arcades explosés, les mains sur la tête (plus jamais !), des CRS partant à l'assaut du jeune sauvageon le visage altier, portant moustache comme d'autres des médailles, certains dégainant des bombes lacrimo vintage comme dans les westerns. Ah, à l'époque, on savait comment mater ces jeunes cons sans respect pour la République, je te jure. Sept petites minutes pour nous démontrer que les temps, finalement, ne changent guère, qu'un couvercle de poubelle restera toujours moins profilé qu'un bouclier de nos chers forces de l'ordre (qui, rappelons-le, nous protègent), des forces de l'ordre, quoiqu'on en dise, qui semblent prendre aucun plaisir ni mettre aucun zèle à fracasser du jeune ayant comme toute cuirasse un bandana. Des violences ? Quelle violence ? Il faut bien se défendre non ? Allons enfants, calmons-nous. Une belle entrée en matière du gars Charles que l'on retrouve dans la foulée pour un court que l'on pense beaucoup plus apaisé.

vlcsnap-2019-01-13-10h53m43s286

vlcsnap-2019-01-13-10h54m01s521

vlcsnap-2019-01-13-10h55m11s011