vlcsnap-2018-10-21-14h51m37s430

En quoi le cinéma peut-il être utile ? Ben par exemple à sauver la vie d'un homme. C'est la petite chose dont il est question ici. Le Dossier Adams raconte donc l'histoire de ce pauvre Adams qui se retrouve à marcher sur le bord de la route avec un bidon d'essence vide, fait la connaissance d'un gamin de 16 ans a priori sympathoche et se retrouve condamné à mort quelques semaines plus tard... Entre temps un flic a été tué et tous les indices (!!!) désignent notre pauvre Adams... Ces indices, ces preuves, Morris va se faire un plaisir de les démonter un à un en rencontrant tous les acteurs de cette tragédie annoncée (du « gamin » pas ultra fiable au juge en passant par les fameux "témoins"). Flic (pauvre femme…) totalement à côté de ses pompes, procureur sans aucune déontologie, témoins payés pour raconter les pires conneries, psychologues incompétents... Le moins que l'on puisse dire c'est que notre gars Adams va se retrouver face à une véritable machine à broyer judiciaire (ah le Texas, ces gens si bons, si ouverts, si droits... avec des promos pour tout abonnement au KKK) face à laquelle il ne peut rien faire - à part clamer son innocence ce dont tout le monde se fout : le principal, aux yeux de tous, c'est d'avoir chopé un coupable « crédible » (le gamin que quinze mille preuves accusent ne fait pas le poids)... Bref, il y a des jours où l'on se retrouve au mauvais endroit au mauvais moment, des jours totalement maudits.

vlcsnap-2018-10-21-14h52m16s243

Morris, sur une petite musique de Philip Glass qui ne cesse, avec ses ritournelles lancinantes, de souligner le côté implacable de cet engrenage destructeur, va avec méthode remonter tout le fil de l’enquête. La scène du meurtre du flic est repassé au moins quinze mille fois en changeant d'infinis détails, en changeant constamment d'angle, comme pour montrer que l'être humain est capable d'inventer quinze mille scénarios... sauf la vérité. La palme d'or revient aux témoins, cette blanche qui a dû fumer des trucs plus forts que la moquette et ce black (auquel, rappelons-le pour la forme, grâce à son taff de représentant, "aucun détail n'échappe"), qui a des hallucinations de ouf - la facilité qu'ont certaines personnes à raconter n'importe quoi avec le plus grand des sérieux m'a toujours fasciné. Heureusement, heureusement, suite à ce doc, le gars Adams a pu (après plus de dix ans en tôle (quand même) dont une partie avec la menace constante d'être exécuté) retrouver le paradis perdu de la liberté... A quel prix, nom de Dieu... Un doc édifiant, comme on dit, qui fait froid dans le dos quant à la capacité un brin malveillante de certaines personnes. Y'a-t-il encore quelqu'un là-haut ?

vlcsnap-2018-10-21-14h52m58s725