9791032902431,0-5209017Tout petit livre que celui-ci, qui déploie mollement sa trame et finit par ressembler à ce qu'il entend critiquer. Il s'agit en effet de télé-réalité dans ce roman : on y suit l'ascension, l'accès à la gloire puis la redescente sur terre d'une fille d'aujourd'hui, Johanna (toute ressemblance avec la Loanna de "Loft Story" est revendiquée), qui ne rêve que d'une chose : être célèbre, pour n'importe quel motif, afin d'épater les garçons qui l'ont prise pour une pute au lycée, de rendre vertes de jalousie les filles pour lesquelles ils l'ont quittée, et de sortir de son morne quotidien de fille normale dans une vie normale. De casting de télé-crochet en coup de poker, de viol dans les toilettes pourries du lycée en déceptions, elle parviendra pourtant à intégrer le fameux loft, et à atteindre le rêve souhaité. Mais à quel prix, hein ?

Ça commence plutôt pas mal, avec la description de cette fille ordinaire, banale existence entre télé et posters d'Ophélie Winter, entre des parents incultes mais aimants et des garçons attirants et crétins. On apprécie ce portrait des provinciales attirées par les magazines people, et Sire n'en rajoute pas dans le jugement sur ces pauvres vies en carton qui se rêvent en or. Il évite quelques pièges, comme celui du sordide, comme celui de la supériorité par rapport à son sujet. Certes, Johanna vient d'un milieu pas favorisé, préfère les McDo aux bouquins, mais l'auteur ne la prend pas de haut, lui donnant une vraie densité, sorte (toute proportion gardée) de Mme Bovary des temps modernes, un tableau vivant de l'ennui. Il y a même une jolie scène quand la gamine passe un casting pour "Graines de Star", accompagnée de toute sa smala, véritable moment de pathétique. Mais quand le personnage commence à intéresser la production de "Loft Story", le roman part en quenouille et perd complètement son but. Si Sire est bon dans l'exploration de la lose-attitude, il est beaucoup moins à l'aise dans les ors de la télé de divertissement. On assiste même à une longue partie où il décrit le quotidien de Johanna dans le loft, aussi captivant que l'émission elle-même, et on en vient à se demander ce qu'il a bien pu vouloir dire par là. Comme si, pour décrire la fascination de la jeune fille pour ce monde-là, il avait fallu que lui-même en ressente les effets.

La narration, ensuite, de l'après-loft, des engagements de la belle chez un Cyril Hanouna odieux, les émissions nases et humiliantes, n'apportent rien et au contraire ajoutent au roman une critique hautaine qu'il avait évitée jusque là. La télé-réalité, c'est mal et ça bouffe des jeunes gens façon Saturne, bon ok, mais si c'est pour raconter ça, on aurait pu se contenter d'allumer la télé. Le personnage se perd sous la critique non assumée, et on finit par se foutre complètement de Johanna et des affres de son petit couple parfait aux prises avec une célébrité qui s'effrite. Un roman pour rien, écrit qui plus est dans une langue pas très élégante, très fonctionnelle, tapez 1 pour l'éliminer.